Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2011

Jean-Luc Gréau sur la réindustrialisation

« Réindustrialiser, comment ? », exposé de Jean-Luc Gréau, le 14 septembre 2011, lors du colloque « Protéger les intérêts économiques de la France : quelles propositions ? », organisé par l’association Pour un débat sur le libre-échange :
podcast

18:55 Écrit par Boreas dans Crise, Economie | Lien permanent | Tags : jean-luc gréau, réindustrialisation |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

Jean-Claude Werrebrouck sur la souveraineté monétaire

« La souveraineté monétaire : un rapport de force à organiser entre l’Etat et la finance », exposé de Jean-Claude Werrebrouck, le 14 septembre 2011, lors du colloque « Protéger les intérêts économiques de la France : quelles propositions ? », organisé par l’association Pour un débat sur le libre-échange :
podcast

Le support visuel de cet exposé est constitué des deux illustrations ci-dessous.

 

 

21/09/2011

Le parler vrai de Jacques Sapir

 

... Ou comment tirer la quintessence d'une émission de télé, en isolant les interventions de la seule personne qui sache réellement de quoi elle parle et ne manie pas la langue de bois ou un discours électoral (merci à @Christopher Johnson, pour le lien vers cette vidéo sur fortune.fdesouche.com).

Au-delà du discours clair et percutant de Sapir sur les problèmes de l'heure, voire de nos divergences sur leurs possibles solutions, j'avoue trouver le personnage réellement sympathique (ah, ces ressemblances avec Galabru, ces intonations dignes du docteur Galipeau dans Le viager...).

Et, cerise sur le gâteau, la tête d'Estrosi, l'ex-motocycliste de compétition devenu ministre dans la grande tradition de la République des copains et des non-gouvernants, de l'inaction élevée au rang des vertus civiques... Quand Sapir lui dit qu'il est « en train de révolutionner la science économique », ahahaha ! L'hébétude, la stupeur, l'ahurissement, « mais non, absolument pas », le pouce et l'index joints, « je peux vous poser une question », l'hagarde-meurt-mais-ne-se-rend-pas ! Ahahahahahahaha ! Un régal, un délice... Je ne m'en remets toujours pas.

20/09/2011

Myret Zaki : « Le coup de grâce viendra des États-Unis »

 

Encore un entretien avec cette épatante journaliste économique suisse (je sais, je sais, d'origine égyptienne ; mais là, franchement, on s'en fout), que je découvre, cette fois, avec presque un mois de retard :

 

----------------------

 

Pour la journaliste genevoise, l’effondrement du système financier américain achèvera les économies occidentales. Un krach dont l’Europe sortira renforcée. Etranglée par le franc fort, la Suisse n’aura d’autre choix que rallier l’UE.

Christian Rappaz : « L’Occident est-il en faillite ? » Un titre racoleur ou reflet de la réalité ?

Myret Zaki : Tous les pays du G7 affichent un taux d’endettement équivalent ou supérieur à 100 % de leur PIB, se révèlent incapables de rembourser leurs dettes et de payer les retraites à leur population. Faillite est donc bien le terme approprié.

Va-t-on assister à une cascade de défauts de paiements des Etats, y compris des Etats-Unis ?

Nous allons assister à la faillite des Etats-Unis, pas de l’Europe. Celle-ci, on ne le dit pas assez, reste la première puissance commerciale du monde, devant la Chine. Je sais que cela peut paraître iconoclaste au moment où tous les regards sont braqués sur la Grèce, le Portugal, l’Italie ou l’Espagne, mais contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, l’effondrement du système monétaire américain reste le plus grand péril planant sur le monde. A mon avis, celui-ci se produira au plus tôt dans les mois qui viennent, au plus tard en 2014.

Après les pays du sud de l’Europe, c’est pourtant la France qui est dans la tourmente…

Simple manœuvre de diversion de la part de spéculateurs maîtres en manipulation. Un coup classique, déjà éprouvé contre la Grèce : on se positionne à la baisse en Bourse, on fait courir des rumeurs propres à semer la panique sur les marchés puis on encaisse les bénéfices. Autre avantage du stratagème, pendant que le monde est au chevet de la France et de l’Europe, pourtant beaucoup plus solvables que les Etats-Unis, ces derniers continuent à se financer à bon marché et à détourner l’attention de leur désastre financier.

Vous ne croyez pas à l’effondrement de l’Europe ?

Pas une seconde. Quiconque spéculerait sur une faillite de la zone euro perdrait son temps. L’épargne est importante en Europe, qui profite également du soutien des banques centrales asiatiques, chinoise en particulier. Le pari à faire est au contraire une vente à découvert contre tous les marchés en dollars.

Les Américains accusent pourtant l’Europe de tous les maux actuels…

Beaucoup de gens croient naïvement que les deux blocs sont amis et solidaires. C’est une illusion. La guerre économique fait rage et discréditer l’euro au profit du dollar, devenu une monnaie de singe pourtant, fait partie de la stratégie des Etats-Unis, dont dépend leur solvabilité. L’autre consiste à tromper les investisseurs pour cacher la situation désastreuse du pays. Mais ce déni ne durera pas éternellement.

Tromper ?

Les Etats-Unis estiment leur dette souveraine à 14.500 milliards de dollars. Avec l’endettement des ménages, elle culmine en réalité à 60.000 milliards et même à 200.000 milliards en tenant compte du déficit fiscal à long terme. Annoncé à 9,1 %, le chômage dépasse allégrement les 20 % si l’on inclut les chômeurs découragés de longue durée. On estime à 45 millions le nombre d’Américains dont les logements auront été saisis au terme de cinq ans de crise immobilière. Ces gens sont sortis du circuit économique. Enfin, l’inflation est donnée à 1,3 % alors que les économistes critiques l’évaluent autour de 5 %.

Barak Obama se vante pourtant du succès que connaissent les nouvelles émissions de bons du Trésor sur la dette malgré la perte de la note triple A des Etats-Unis…

Que peut faire le président d’un pays en défaut ? Critiquer les agences de notation, mettre en doute leurs calculs, nier les évidences, répéter que son pays reste le meilleur, faire du marketing en somme. Pour moi, c’est une tactique du désespoir. La vérité est moins romantique. Grâce à sa planche à billets, c’est la Réserve fédérale américaine elle-même (Fed), qui se rue sur les bons du Trésor américain. De 800 milliards de dollars en 2006, le passif de la Fed approche 3.000 milliards aujourd’hui. Bientôt, cette machine infernale s’arrêtera et, avec elle, la supercherie. A la seconde même, les taux de la dette souveraine exploseront, provoquant la strangulation financière du pays.

Une banqueroute qui emportera forcément l’Europe avec elle ?

Dans un premier temps. Mais l’Europe sortira grandie de ce krach. Contrairement aux Etats-Unis, qui n’ont aucun plan budgétaire crédible, l’Europe met en vigueur des mesures d’austérité. Elle est aussi beaucoup mieux positionnée sur les marchés des pays émergents, les seuls à créer de la croissance.

A vous entendre, c’est la fin de l’empire américain ?

Un empire qui n’a plus les moyens de préparer une opération militaire d’envergure n’est plus un empire. Les Etats-Unis vont perdre leur statut de super puissance et le dollar, celui de monnaie de référence. Bientôt ramené à la valeur d’un billet de Monopoly, le billet vert ne connaîtra plus d’appréciation durable. N’en déplaise aux économistes genevois, qui n’aiment pas cette idée, les pays dotés de monnaies fortes deviendront la nouvelle référence, dans un monde multipolaire et multimonétaire.

Et la Suisse dans tout ça ?

La hausse structurelle du franc continuera à pénaliser son économie et l’adhésion à l’Union européenne apparaîtra comme la seule façon de résoudre le problème à long terme. Si l’Angleterre, engluée en raison de sa propre crise avec sa livre sterling, franchit le pas, ce ne sera alors qu’une question de temps pour que la Suisse suive.

Source

Le Siècle et la discrimination positive

Michel Drac : « Crise, le moment décisif approche »

 

 

Intervention de Michel Drac sur Le Libre Teamspeak, le 18 septembre 2011. N.B. : les 9 premières minutes présentent quelques coupures de son.

Merci à @Eisbär pour les liens, sur fortune.fdesouche.com.

Pour lire le texte de la conférence, cliquez ici.

19/09/2011

Bons baisers de New York

« LE DÉCLIN ET LA CHUTE DE L'EUROPE
(ET PEUT-ÊTRE DE L'OCCIDENT) »

 

Couverture de Time Magazine, 22 août 2011.

16/09/2011

Objectivité journalistique...

 

« (...) pour ce qui concerne la crise actuelle, LEAP/E2020 estime que la prise de conscience croissante, au sein des dirigeants et des opinions publiques de l'Euroland, du fait qu'il y a au minimum une opération de propagande venue d'outre-Manche et d'outre-Atlantique destinée à « casser la confiance dans l'Euro », va entraîner dans l'année à venir une révision radicale des références et de la crédibilité des journalistes et experts traitant de la crise.

Car qui dit manipulation ou complot pour reprendre le mot de Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, organisme qui rassemble les patrons des grandes entreprises françaises, dit relais inconscients ou agents manipulateurs. Et l'Euroland qui se croyait, encore il y a peu, dans une grande fraternité avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni découvre que les choses sont beaucoup plus compliquées que cela.

En 2012 nous estimons donc que nombre de médias de l'Euroland vont commencer à questionner l'objectivité, voire l'honnêteté, de journalistes formés quasi-exclusivement aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni et/ou dans des grands médias anglo-saxons en pointe en matière d'attaque contre l'Euro. France24, où la situation décrite ci-après est très fréquente, vient d'en fournir un exemple remarquable.

Interviewant la présidente du MEDEF sur ses déclarations à propos d'un complot américain contre l'Euro (France24, 05/09/2011), la journaliste Stéphanie Antoine n'a eu de cesse de mettre en doute sans argument la position de Laurence Parisot, ajoutant des mines éloquentes pour montrer qu'elle ne croyait pas un mot de ce que disait son interlocutrice.

Le CV de Stéphanie Antoine sur Wikipédia est clair : elle a travaillé à New York et Londres pour ABC, CNBC et Bloomberg. Comme Laurence Parisot accusait notamment les médias US, on comprend mieux l’absence d'objectivité de la journaliste sur ce sujet.

Pour notre équipe, il est certain que les journalistes et experts dotés de ce type de références, essentiellement voire uniquement US et UK, vont être progressivement mis sur la touche au cours de l'année à venir, dans l'ensemble des grands médias de l'Euroland. Dans ce domaine aussi le monde d'avant est en train de disparaître (...) ».

LEAP

USA : « au moins 46 États sur 50 sont insolvables »

 

Je vous livre la traduction d'un fort intéressant article trouvé sur un blog anglais par @Acanthe (encore merci à lui) :

 

--------------------------

 

Lors d'un exposé aujourd'hui [12 septembre 2011] à l'Adam Smith Institute, l'économiste [britannique] Kevin Dowd, professeur invité au Pensions Institute de la Cass Business School de Londres, a dit à son auditoire :

« La monnaie fiduciaire entre dans sa spirale de mort...

Les banques utilisent des méthodes comptables frauduleuses pour cacher leurs pertes et enrichir leurs employés avec des bonus. C'est une autre forme de pillage...

Au moins 46 des 50 États américains sont insolvables. »

Qu'est-ce qui se cache derrière la pensée de Dowd ? Il a écrit en décembre dernier [extrait d'une intervention de novembre 2010, lors d'un colloque au très influent Cato Institute de Washington] :

« Bientôt, les investisseurs s'apercevront que les bons du Trésor sont surévalués et la confiance dans leur marché se fissurera : une possibilité est que les prévisions de hausse de l'inflation ou des déficits plus élevés feront ensuite monter les taux d'intérêt, causant une baisse, puis une chute des prix des obligations ; une perspective encore plus imminente est qu'une combinaison des assouplissements quantitatifs de la Fed, du déficit abyssal du budget fédéral et de celui de la balance des paiements américaine, entraînera une nouvelle baisse du dollar qui fera que les détenteurs étrangers de bons du Trésor perdront confiance en leurs investissements. Dans les deux cas, il est alors probable qu'il y aura une ruée vers les échappatoires - une fuite massive hors des bons du Trésor - faisant grimper les taux d'intérêt en général et infligeant de lourdes pertes aux porteurs d'obligations, en particulier à ceux qui détiennent des titres à long terme.

• L'effondrement du marché des bons du Trésor forcera les banques, précédemment gagnantes dans l'aventure des spreads, à se débrouiller avec une vengeance : les mêmes positions qui leur ont permis des gains si faciles vont maintenant leur faire subir de considérables pertes en capital. La confiance dans les banques - jamais forte depuis le début de la crise - va (encore) s'effondrer et nous entrerons dans une nouvelle (et sévère) crise bancaire.

• L'implosion des bons du Trésor et l'éclatement des bulles financières se répercuteront ensuite sur la bulle des obligations pourries (junk bonds) : l'effondrement du marché des bons du Trésor et le renouveau de la crise bancaire mèneront à de fortes chutes de la valeur des obligations d'entreprise et à de fortes hausses des spreads de crédit. Les entreprises fortement endettées feront alors faillite en nombre, le marché des junk bonds s'effondrera et l'activité de LBO se tarira.

Nous devons aussi considérer les répercussions non négligeables : l'effondrement des bons du Trésor va déclencher une crise de financement immédiate pour les gouvernements à tous les niveaux, et surtout pour le gouvernement fédéral, ce qui impliquera probablement la dégradation de sa note de crédit AAA, et ainsi intensifiera encore les problèmes déjà chroniques de financement du gouvernement. Nous ne devrions pas non plus oublier que ces tsunamis financiers sont susceptibles de submerger la Réserve fédérale elle-même : la Fed a un bilan très négatif qui ferait la fierté de tout hedge fund agressif, elle aussi subira donc des pertes épouvantables et est susceptible de devenir insolvable. Les événements des trois dernières années ressembleront alors à un pique-nique.

Il y a aussi le problème du regain de l'inflation. Pendant longtemps, les Etats-Unis ont été protégés de nombreux effets inflationnistes des politiques de la Réserve fédérale : les développements en technologies de l'information et les réductions de coûts dues à l'externalisation de la production vers l'Asie orientale ont eu pour effet de comprimer les prix et de masquer l'impact domestique des politiques de la Fed. Ces politiques ont plutôt conduit à une accumulation massive des réserves de change mondiales : celles-ci ont augmenté de 16 % par an depuis 1997-1998 et ont causé la flambée des prix des matières premières, ainsi qu'une inflation galopante dans des pays comme l'Inde (inflation actuelle : 16 %) et la Chine (peut-être 20 %, à en juger par l'inflation salariale, et certainement beaucoup plus élevée que les statistiques officielles ne le reconnaissent), dont les monnaies ont été (plus ou moins) alignées sur le dollar.

L'inflation américaine était déjà en hausse en 2008 (taux annuel : 3,85 %), mais cette hausse a été inversée lorsque les prêts bancaires et les dépenses des consommateurs ont alors fortement chuté. Cependant, il y a de bonnes raisons de penser que l'inflation va bientôt décoller de nouveau :

(1) La combinaison des prix des matières premières en plein boom et d'un dollar en dépréciation (indice pondéré de taux de change du dollar en baisse de 15 % depuis mars 2009) signifie que les importations coûteront plus cher en dollars, ce qui doit inévitablement se répercuter sur l'inflation américaine.

(2) La hausse des coûts du travail dans les économies asiatiques indique que le mouvement d'externalisation arrive à son terme et commence même à s'inverser et, avec lui, les réductions de coûts associées pour les entreprises américaines qui délocalisent vers l'Asie.

(3) Plus important encore, il y a l'énorme surplus monétaire additionnel créé au cours des deux dernières années (ou, plus précisément, les vastes monétisations récentes de la dette publique), dont l'effet a provisoirement été mis en échec par l'atonie de la conjoncture sur la période 2009-2010, mais qui doit finalement déferler - et, quand cela arrivera, l'inflation est susceptible d'augmenter fortement.

Une fois que l'inflation aura fait son retour, un point finira par être atteint où la politique de la Fed devra sévèrement s'inverser - comme à la fin des années 1970, les taux d'intérêt seront relevés pour ralentir la création monétaire. Les conséquences seraient des plus désagréables : les Etats-Unis expérimenteraient les misères renouvelées de la stagflation - et alors une sévère, étant donné le carnage produit par une nouvelle crise financière et les fortes augmentations de la masse monétaire faisant leur oeuvre sur le système. De plus, comme au début des années 1980, les taux d'intérêt plus élevés mèneraient à des chutes importantes des prix des actifs et infligeraient de nouvelles pertes aux institutions financières, anéantissant leurs capitaux dans le processus. Ainsi, le retour de l'inflation et des taux d'intérêt plus élevés porteraient encore un autre coup à un système financier déjà gravement affaibli. »

Source

(Traduction par mes soins. – Reproduction autorisée sous réserve de citer verslarevolution.hautetfort.com en source.)

14/09/2011

De la France à la Grèce, entre tintamarre médiatique et réalité

 

J'ai si souvent parlé des manipulations anglo-saxonnes contre l'Europe, que je crains de lasser le lecteur.

Pourtant, c'est le sujet central et crucial de la crise actuelle, dite par les médias crise « de l'Euro », au point que même Jacques Sapir s'y laisse prendre et prédit la fin de la monnaie unique dans un délai de six à dix-huit mois. Nouriel Roubini, agent d'influence du pouvoir américain, prévoit, pour sa part, l'explosion de la zone Euro dans les cinq ans. Comme Emmanuel Todd l'annonçait, quant à lui, pour la fin 2011, nous avons le choix entre plusieurs délais, mais pas entre plusieurs issues. Con-dam-né, l'Euro, on vous dit.

Bon. J'ai déjà dit ce que j'en pense. Certes, je peux toujours me tromper mais, conformément à la description que fait Theodore Kaczynski de la mentalité gauchiste, à base de sentiment d'infériorité et de sur-socialisation, qu'il décèle d'ailleurs plus largement dans la société moderne en général, le matraquage médiatique finit, en abrutissant le public de ses clameurs, par le faire douter de la pertinence de ses propres pensées quand il en a, en pesant sur les faiblesses analysées par le fameux Unabomber :

« Les problèmes du "gauchisme" sont ceux de notre société dans son ensemble. Faible estime de soi, tendances dépressives et défaitisme ne sont pas l’apanage de la gauche. Bien qu’ils soient particulièrement prononcés dans les rangs de la gauche, ils sont omniprésents dans notre société. Et la société actuelle essaie de nous socialiser à un degré jamais atteint par les sociétés précédentes ».

(N.B. : dois-je préciser qu'en citant Kaczynski, je ne cautionne en rien ses crimes ? Par les temps qui courent, cela vaut probablement mieux...)

Eh bien, pour ma part, je persiste à penser que l'Euro ne va pas exploser, malgré la pression incroyable que les grandes banques américaines mettent sur les CDS de la France et des principales banques françaises (tous les records, nous dit l'AFP, sont battus), ainsi que sur les taux d'intérêt des titres de dette publique grecque (quant à ces taux, le terme même de record est devenu un euphémisme ces derniers jours), et malgré la véritable propagande de guerre déversée par les médias anglo-saxons, relayés par la presse française.

 

En ce qui concerne la France, cible des « marchés » (en réalité, de quelques grands acteurs), qu'est-ce qui a donc tant changé dans les fondamentaux de notre situation, pour que le monde entier, soi-disant, croie devoir estimer subitement que notre dette publique est plus irremboursable qu'il y a quelques mois et que « nos » grandes banques sont sous-capitalisées au dernier degré, justifiant (déclarations de Christine L'Hagarde et Mail on Sunday mis à part) que les agences de notation dégradent leurs notes ? Qu'y a-t-il donc de réellement nouveau ? Ah oui, pardon, je sais, les rumeurs, « l'irrationnalité des marchés »... Ben voyons. JP Morgan Chase, Bank of America, Citigroup et Goldman Sachs irrationnelles. Non mais, on se fout de qui, au juste ?!

Quant à la Grèce, il faut d'abord noter qu'elle vient juste de bénéficier d'un deuxième plan de sauvetage qui met à contribution le secteur privé (même si on peut légitimement douter de sa sincérité et de sa réalité, dans la mesure où, en définitive, les mécanismes de soutien et de mutualisation finiront probablement par absorber les titres pourris détenus par le privé, par voie de rachat à leur terme ou d'échange contre d'autres titres souverains ou du fonds européen...). Quels nouveaux éléments majeurs ont donc bien pu justifier qu'un mois et demi après la prise de cette décision lors du sommet européen du 21 juillet, tout soit désormais irrémédiablement compromis, à en croire les médias mainstream ?

Eh bien, la dette grecque serait soudainement « hors de contrôle », la récession sera supérieure à ce qui était prévue, le déficit aussi sera plus élevé et le plan d'austérité, plus difficile à faire passer... Voyez-vous ça, quelle profonde, étonnante, fantastique surprise ! A force, comme chez nous, toujours pour le plus grand bénéfice des banques, de vouloir faire payer le pékin moyen qui n'arrive pas à boucler ses fins de mois au lieu de taxer le riche qui bénéficie de tous les cadeaux, on finit par arriver à une impasse. Et on voudrait nous faire croire que cette situation n'était pas amplement prévisible depuis des mois, voire des années ? La bonne blague ! Je veux bien croire que le monde soit un joli parterre de crétins mais, décidément, quels naïfs, ces « marchés »...

Tout cela ne tient pas debout. Même Laurence Pari-sot, qui décidément, ces temps-ci, ne brille pas par son intelligence, a été obligée de constater que, en grande partie au moins, la situation découle d'une manipulation. Et pour que la présidente du MEDEF en arrive là, vous vous doutez bien qu'il ne s'agit pas de débilo-complotisme, mais d'une réalité dont la prise de conscience remonte jusqu'aux personnages les plus influents des sphères de pouvoirs. Cela a une signification : la guerre dont Mitterrand disait qu'elle nous oppose aux Etats-Unis (je dirais : à l'anglosphère) est nettement moins confidentielle aujourd'hui, et elle ébranle certaines certitudes, voire certaines allégeances.

 

Pour en revenir aux raisons qui me font douter d'une explosion de l'Euro, comme d'un défaut de la Grèce sur sa dette publique, d'abord, la volonté des eurocrates de sauver la monnaie unique. Pas étonnant, puisque les banques sont menacées et que les banques, que dénonce ici Nigel Farage, comme les multinationales, sont la clé de voûte de l'eurocratie.

Ensuite, sous l'effet de la propagande ambiante (comme, il est vrai, de sa surévaluation chronique, qui est une réalité), l'Euro devrait chuter de façon importante face au billet vert, ce qui aurait pour effet de rééquilibrer mécaniquement les balances commerciales des pays européens affiliés à la monnaie unique, par rapport aux pays avec lesquels ils échangent en Dollars, et donc, d'accroître les recettes fiscales permettant d'offrir un répit, de limiter un peu les dégâts en matière de dette publique. L'obstacle principal est la fragilité du Dollar lui-même, qui freine cette dépréciation attendue de l'Euro (les Etats-Unis n'arrivant pas non plus à faire baisser leur monnaie) et l'obstacle secondaire, la baisse du commerce international.

Puis, le scénario d'un défaut grec, suivi d'une sortie de l'Euro avec une contagion aux autres pays du sud de la zone, est loin d'être le seul. A ce sujet, faut-il d'ailleurs rappeler que le PIB de la Grèce ne représente que 2,5 % du total de la zone Euro, ce qui remet à sa juste place l'ampleur financière réelle de la crise grecque ? Par ailleurs, un défaut ne serait pour les créanciers, en définitive, qu'une restructuration forcée : par conséquent, pourquoi ne pas accepter une telle restructuration sans attendre ? Jacques Delpla, pourtant libéral et membre de la Commission Attali, l'avait également proposé, quitte à « tordre les bras des banquiers ». Angela Merkel, en tout cas, vient de déclarer vouloir éviter un défaut grec.

Toujours dans le même sens, les monétaristes allemands qui démissionnent en cascade de la Bundesbank (Axel Weber) et de la BCE (Jürgen Stark) sont le signe de ce que cette dernière institution et les dirigeants de l'Union Européenne qui, en réalité, la pilotent (Trichet n'étant qu'un porte-parole), ont l'intention de s'entêter dans le fédéralisme financier. Une bonne chose ? A priori, non, évidemment. En principe, comme dans la fable de la grenouille et du scorpion, une fois au milieu du gué, le scorpion (fédéralisme) doit piquer la grenouille (UE), causant leur fin à tous deux. Sauf que les dirigeants politiques européens, aussi sots et entêtés soient-ils, ne sont pas suicidaires.

Comme je l'ai déjà dit, dans l'urgence et la nécessité, le souci de leurs intérêts et une inévitable réorientation clientéliste par le populisme devraient tôt ou tard, logiquement, les conduire, de gré ou de force, à réviser leur idéologie, voire à l'échanger contre une série de mesures taboues aujourd'hui : dévaluation compétitive de l'Euro, fin de l'indépendance de la BCE en vue d'une monétisation des dettes, instauration d'un protectionnisme européen, transformation progressive de l'Euro en véritable monnaie commune, etc. Peu importent les auteurs et l'esthétique, peu importe le cadre s'il est celui de l'UE (je ne vois pas comment il pourrait en être autrement, on ne démantèle pas d'avance une structure qui n'a pas d'autre alternative que d'opérer sa révolution ou de disparaître : on s'en sert si cela est possible, et c'est tout). Ce qui compte, c'est la prise de ces mesures. Demain, après-demain ou plus tard.

Et qu'on ne me dise pas que l'Union Européenne est une machine trop lourde à dix-sept (zone Euro) et à vingt-sept (UE) pour permettre de telles décisions dans l'urgence. Quand on veut, on peut et, que je sache, il n'a pas été difficile, à l'automne 2008, de prendre au plan national des décisions convergentes pour sauver les banques allemandes, françaises et britanniques. On ne me fera pas croire qu'il ne pourrait en être de même collectivement au sein de la zone Euro, quitte à piétiner les sacro-saints traités, si les dirigeants français et allemands le voulaient...

Dernier point : la Chine soutient la zone Euro et ce soutien, encore très marginal mais appelé à croître, devrait lui permettre de se débarrasser d'une partie de ses réserves en Dollars, ce qui est un de ses objectifs. Quant aux BRICS, ils réfléchissent, mais pourraient s'impliquer, comme la Russie le fait déjà (voir les déclarations de Vladimir Poutine données en liens dans mon précédent billet sur le sujet). Même le Trésor américain, par la voix de Timothy Geithner, vient de faire part de son avis favorable au fédéralisme européen (tu m'étonnes, d'abord l'UE sous sa forme actuelle est l'outil d'affaiblissement de l'Europe préféré des Américains, qui ont très fortement contribué à sa création, et ensuite, le Dollar sans l'Euro pour lui servir de bouclier contre les attaques spéculatives, aïe aïe aïe ! On n'en fait pas la publicité, mais la situation des Etats-Unis est bien pire que la nôtre : par exemple, 46 Etats de l'Union sur 50 sont en faillite, selon les déclarations, le 12 septembre 2011, d'un économiste anglais, Kevin Dowd, intervenu dans des termes très durs, en novembre 2010, lors d'un colloque au très influent Cato Institute de Washington - merci à @Acanthe, sur fortune.fdesouche.com, pour cette info.).

 

Bref, pour diverses raisons, en dépit de la violence des attaques spéculatives de la haute finance anglo-saxonne et malgré les beuglements médiatiques dont on sait bien qui les rétribue, personne ne veut la fin de l'Euro, sauf quelques politiciens intéressés, suivis de leurs électeurs souverainistes et nationalistes nostalgiques des Trente Glorieuses, de toute façon impossibles à retrouver sans une véritable révolution politique et économique.

A ce sujet, je déplore vraiment qu'il soit si ardu de débattre sereinement du sujet avec certains membres de la « droite nationale », tant il semble qu'il leur soit difficile de dissocier le constructivisme européiste et fédéraliste (pléonasme) ainsi que les méfaits de l'Euro actuel, objets de leurs légitimes critiques, d'une part, de la donne géopolitique et géoéconomique ainsi que des impératifs de la puissance européenne et du « sens de l'Histoire », d'autre part ; qu'il leur soit difficile, aussi, de penser l'avenir sans le revêtir des cadres, des facilités et des contraintes du présent ; qu'il leur soit difficile, encore, d'accepter l'évolution des choses à court terme et notamment, à cet égard, l'impuissance immédiate des dissidents que nous sommes, à influer sur le cours des événements autrement que par le lobbying populiste ; qu'il leur soit difficile, enfin, de reconnaître que cette évolution pourrait, à moyen terme, tourner à notre avantage, même si son apparence déplairait peut-être encore à leur nationalisme exclusif et sentimental.

Cela dit, je vais terminer ce billet en revenant à son objet premier, en citant un économiste dont on ne parle quasiment jamais dans les grands médias, et qui est néanmoins, très probablement, un des types les plus fins et les plus pertinents qu'il soit possible de lire sur le sujet de la crise (limité aux aspects économiques et financiers ; pour le reste, je ne connais pas ses idées). Et pourtant, il officie sur un site réputé libéral ; comme quoi, je suis beaucoup moins sectaire que d'aucuns ne veulent le croire... J'ai nommé Philippe Béchade qui, sur La Chronique Agora, a pondu, le 9 de ce mois, un article dont je retiens surtout ces quelques paragraphes, que je lis et relis pour tenter de m'imprégner de la profonde intelligence de leur auteur, ainsi que de celle de ses sous-entendus, comme négligemment semés au hasard d'un style narquois et léger :

« La prospérité ou la disgrâce d’un pays ne sont jamais fixés pour l’éternité. Si l’on découvrait qu’une certaine variété d’oliviers qui ne pousse que dans le Péloponnèse fournit des composés chimiques uniques au monde qui favorisent la guérison de nombreux types de cancers, la Grèce deviendrait le pays le plus riche d’Europe, avec des excédents colossaux.

L’Allemagne la supplierait de voler au secours de ses banques qui n’en finissent pas de souffrir des dettes toxiques héritées de la crise des subprimes. Athènes ne manquerait pas de leur faire la leçon : “a-t-on l’idée d’être aussi bête de se fier à un pays qui imprime de faux dollars avec la même détermination que nous extrayons notre huile miracle”.

J’avoue qu’en ce qui concerne la Grèce, je ne connais pas l’avenir. En revanche, je connais bien les marchés financiers. Certains opérateurs ont pris un grand plaisir à noircir exagérément le tableau pour faire exploser les profits sur leurs positions de vente à découvert (via des ETF notamment) et leurs contrats à terme sur les métaux précieux. D’une pierre deux coups, elle est pas belle la vie ?

En d’autres termes, l’essentiel du jus du citron de la crise grecque a été extrait. Désormais, il va falloir trouver autre chose pour justifier le niveau de valorisation ridiculement bas des actions, non seulement des entreprises tournées vers les services aux collectivités mais également des banques.

Prenez par exemple la BNP Paribas : 1 500 milliards d’euros de conservation, 12 millions de clients au sein de la seule Zone euro (17 millions dans le monde entier) et des milliards de profits cumulés en dix ans. Mettez en balance la Grèce : 300 milliards d’euros de PIB pour 11,5 millions d’habitants.

En le présentant autrement, les 50 plus grandes banques européennes affichent 2 000 milliards d’euros de fonds propres. Certaines sont “un peu justes” (l’OCDE et Christine Lagarde ont raison sur ce point), d’autres en ont en excédent. Globalement, cela représente 10 fois les 200 milliards d’euros de pertes qu’elles pourraient encourir en prenant la pire hypothèse en matière de défaut de la Grèce (60% de dépréciation sur l’ensemble des instruments de dette émises).

La faillite de la Grèce absorberait 10% des fonds propres des banques. Celles qui se trouveraient en difficulté se tourneraient vers la BCE (qui a promis ce jeudi de continuer à les aider) ou le Trésor Public de leur pays d’origine, faisant du contribuable le garant en dernier ressort.

C’est désagréable à entendre mais c’est comme ça. La France vient de voter une enveloppe de 15 milliards d’euros en faveur de la Grèce. Cela représente la moitié du trou de la Sécurité sociale (que nous comblerons une fois encore à coup de hausse de CSG et de RDS).

S’il faut mettre 15 milliards d’euros sur la table (1% de notre PIB, amortissable sur 15 ans, soit 100 millions par an) pour sauver l’Europe, c’est un prix qui n’apparaît pas exorbitant et nos banques, comme nos ministres des Finances, sauront où trouver l’argent : dans nos poches probablement !

Pour résumer mon sentiment et vous éclairer définitivement sur ma stratégie à court et moyen terme, je pense que la Grèce ne fera pas faillite d’ici octobre (le mois des krachs boursiers). Les marchés ont donc de bonnes chance de rebondir de 10% ou plus — et les banques de 25 ou 30% voire davantage — avant la fin du mois de septembre.

Les placements défensifs (OAT, Bunds, T-Bonds, or, argent métal…) pourraient alors subir des arbitrages en faveur des actions, ce qui occasionnerait un repli temporaire.

Mais il impossible de se désendetter en s’endettant. De la Grèce à l’Espagne en passant par la Californie, l’Etat de New York, les fins de mois difficiles de la France ou encore le financement des guerres impériales des Etats-Unis… les pays occidentaux pourraient décider que l’inflation — une inflation demeurant sous contrôle dans un monde idéal — est la seule issue possible.

Ce qui signifie à moyen terme “l’euthanasie des rentiers” si la créature échappe à ses inventeurs, ce qui est toujours le cas dans les films d’horreur. Qui pourrait nier que nous vivons un film d’horreur économique depuis l’été 2008 ? Certainement pas moi ! »