Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Boreas

"Ne discute pas sur ce que doit être un honnête homme ; sois-le."


(Marc-Aurèle)


Ce blog est né d'un double constat, celui d'un basculement global de notre civilisation à travers "la crise" et celui d'une inévitable révolution, notamment au sens que Dominique Venner donnait à ce mot et surtout, à sa pratique.


La seule réelle mondialisation, désormais, c'est celle de ce basculement, de cette révolution.


Basculement et révolution qui, quand ils seront accomplis, deviendront visibles aux yeux de tous, même de ceux qui, vaguement inquiets mais incrédules, cherchent un réconfort dans la propagande vivre-ensemblière et reprisophile des médias "mainstream".


Aux esprits perspicaces, le rideau tissé et tiré par ces médias aux ordres, ne parvient plus à cacher que la civilisation occidentale, ou américaniste, est entrée en agonie.


Et, à l'étonnement de certains, elle ne succombe, d'ailleurs, que sous son propre poids, malgré l'apparence d'attaques extérieures.


Au plan philosophique, elle crève de son matérialisme délétère et criminogène, des contrastes entre son relativisme soi-disant libérateur et sa réalité oppressive, entre son universalisme messianique et son réductionnisme dissolvant, de son manque d'âme et de sens, de sa connerie, de sa vanité, de sa vacuité.


Au plan social, elle crève de sa sordide marchandisation du réel, de sa méprisante négation des identités et des racines, de son viol délibéré de la hiérarchie traditionnelle des valeurs et des fonctions, de sa volonté affichée d'égalité et d'indifférenciation, n'aboutissant qu'au communautarisme.


Au plan économique, elle crève de ses illusions modernes de progrès et de croissance infinie, de son absence de solution hors la fuite en avant dans le consumérisme, de son incapacité à se survivre au travers d'un modèle alternatif qu'elle serait bien en peine d'imaginer, sauf à se nier elle-même.


Au plan humain, elle crève de ses acteurs : de ses "élites" fossilisées, incapables, arrivistes,  putassières, marionnettes goulues et avides qui, dans leur illusion de puissance et de contrôle, oublient qu'elles ne se maîtrisent même pas elles-mêmes et que la roche Tarpéienne est proche du Capitole ; mais aussi de ses suiveurs, moutons bêlants, le cou tendu vers les lames d'immondes abattoirs.


Cette litanie d'insurmontables tares conduit à s'interroger sur la façon dont pourrait se dérouler cette phase terminale d'entropie du Moloch planétaire, et sur ce qui pourrait lui succéder.


Et surtout, sur ce qu'il adviendra de nous, Français et Européens "de souche", aujourd'hui en voie de submersion migratoire allogène, de déculturation et de paupérisation.


La création de ce (certes énième) blog "nationaliste" et "d'extrême-droite" comme le désigne d'office et d'avance le prêt-à-penser des imbéciles, répond aussi à une triple envie.


D'abord, celle de contribuer à peupler la Toile d'attaques contre le Système, d'attaques bien françaises, identitaires et radicales, en-dehors d'un cadre tracé par d'autres, tout en me rattachant à une communauté.


Mais aussi, par-delà le clivage "droite-gauche", l'envie d'inscrire ces attaques dans une dynamique nécessairement "trans-courants", puisque le Système est l'ennemi commun de tout homme digne de ce nom (mais non - contrairemement à ce que braient ces idiots utiles - des affidés de la Droite d'argent, pas plus que des sbires de la Gauche internationaliste, les deux étant généralement immigrationnistes et mondialistes).


Et enfin, l'envie de m'amuser un peu. Avec sérieux ou futilité, suivant les cas.


"Certains disent que le commencement de tout est une danse du dieu créateur, qui, dans son enfance, a produit ainsi la ronde des sphères et le jeu de l'univers.


Dès lors, toute chose vraiment futile devrait être considérée avec gravité - ou toute chose grave avec futilité."


(Gérard de Sorval)

Interêts

France, Europe, culture, civilisation, politique, économie, révolution