Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2013

Une journée dans le ventre de la bête

 

Voilà, rue de Solférino au siège du PS, le point culminant, à mon sens, d'une journée militante de vingt heures que votre serviteur a eu le bonheur de vivre à Paris hier.

Ce qu'on voit sur cette vidéo, dont je sais qui l'a prise puisque c'est l'une des personnes avec lesquelles j'ai eu le privilège d'arpenter les rues roses et bleues de la capitale, je l'ai vu en direct, dans le réel (on me voit d'ailleurs fugitivement sur un trottoir), j'ai crié « Hol-lande dé-mission », j'ai ri, hurlé bravo et applaudi avec d'autres, Identitaires comme passants, et la joie que ça m'a causé n'est pas transmissible. Elle me restera comme celle d'un grand moment, j'en suis fier comme un gamin d'une victoire dans un jeu de piste, d'une fierté toute simple de qui est simplement solidaire d'une cause juste et le montre, sans forfanterie car ce sont les jeunes Identitaires qui ont agi et pas moi, simplement d'avoir été là et d'avoir eu la chance de voir et d'acclamer.

Une photo « personnelle » inédite (cadeau, en réalité, d'un camarade apitoyé par le décès malicieux de la pile de mon appareil et la primitivité de mon portable) :

(En haut à gauche de la banderole, vous pouvez voir le parapluie rose dont je parle plus bas)

 

Le sublime de cette journée, en réalité, a été partout.

Lire la suite

21/05/2013

In memoriam Dominique Venner

 

Vous aurez peut-être noté, en plus du lieu choisi (Notre-Dame de Paris, sur l'emplacement du Pilier des Nautes dédié à Jupiter), que nous sommes le jour de Constantin, saint selon les catholiques... et surtout, premier empereur romain à s'être converti au christianisme. Bref, à avoir favorisé et propagé une religion dont les diverses laïcisations ont tant affaibli l'Europe.

Or, c'est contre la dilution des Européens dans le rêve eschatologique, aujourd'hui incarné par le libéralisme libertaire, par le mythe de la fin de l'Histoire dans le Village Global du vivre-ensemble consumériste et indifférencié, paradis utopique des fanatiques du progrès, de la raison et de la croissance infinie, que s'est élevé Venner en se tuant aujourd'hui, comme en existant hier.

« C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’à la dernière seconde. Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie. C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant. C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant. Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien. »

Le suicide de Dominique Venner recèle, à mon avis, un message de renversement.

Par ses renvois conjoints à des références prémodernes et à d'anciens basculements en défaveur du Monde Antique, il est révolutionnaire.

Il nous appelle, non pas à nous suicider mais, bien au contraire, à « passer de l'autre côté », à faire mourir ce monde (ou à constater, dans le réel, sa mort) et à faire renaître l'autre.

Le nôtre, par tradition antique et filiation.

Il a donné un exemple d'une autre époque, délivré un message d'éternel retour. « Le temps revient », selon la devise de Laurent le Magnifique. Et il nous a appelés au combat, dans le réel.

« Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes. »

Dominique Venner, 16 avril 1935 - 21 mai 2013

Ahoi !

Un bébé en kit, ça coûte combien ?

Pour lire l'article associé, cliquez ici. Merci à @Jean-Pierre de m'avoir fait découvrir l'ensemble.

20/05/2013

La Manif Partout !

Le mariage gay N'EST PAS un attrape-nigauds

Enfant%20manipul%C3%A9.jpg

Paris, 16 décembre 2012. Une telle manipulation n'a rien d'humain. « L'amour », même s'il s'agissait d'un motif valable, n'a rien à voir là-dedans.

 

« (...) [Il] subsiste toujours en France un potentiel de guerre civile qui n’attend qu’une occasion pour s’éveiller.

Et, justement, à la suite des provocations méprisantes du président Hollande et de son gouvernement, cette affaire du mariage gay est devenue une occasion d’affrontements pacifiques qui a jeté dans les rues des centaines de milliers d’opposants, et notamment de jeunes mères avec leurs enfants. Au début, l’Église catholique a joué son rôle dans cette mobilisation, puis elle s’est officiellement retirée. On peut noter au passage que l’Espagne, pays où l’Église est plus forte qu’en France, le mariage gay a été adopté sans susciter une telle opposition.

À l’origine, on pensait que le projet socialiste de loi sur le mariage gay était l’un de ces attrape-nigauds par lesquels les politiciens amusent la galerie. Et puis on a compris que derrière l’attrape-nigauds s’était glissé l’un de ces projets pervers par lesquels les fanatiques de la déconstruction et de la mondialisation veulent détruire les dernières charpentes qui structurent les société européennes. Il faut rappeler que le mariage n’est pas qu’une question d’amour. Ce n’est pas un simple contrat, c’est une institution en vue des enfants à venir. Il garantit à l’enfant son identité représentée par un vrai père et une vraie mère. C’est ce qu’a voulu annuler la loi Taubira qui remplace le droit des enfants par le droit accordé à des adultes gay de s’offrir des enfants selon les critères de la société de consommation.

Pour toutes ces raisons, le projet de mariage gay a été ressenti comme une atteinte insupportable à l’un des fondements sacrés de notre civilisation. D’où les immenses manifestions populaires des 13 janvier et 24 mars à Paris, puis du 5 mai un peu partout, en attendant celles du 26 mai. (...) »

Dominique Venner

Lire la suite

05/05/2013

Impression de misogynie ?

... Allusion à un débat avec la sympathique @Carine.

... Merci à @blh pour la musique.

 

Lire la suite

24/04/2013

Goldman Sachs et le libéralisme de tout poil pour le mariage gay

C'est Patrice de Plunkett, lecteur de Michéa, qui le dit ici et .

Ce que confirme également un article du Monde, d'il y a un an.

Et on trouvera ici la liste des 278 appelants à la tolérance (comme dans les maisons, mais en plus exclusif) auprès de la Cour Suprême des Etats-Unis. Parmi eux, une floppée de kolkhozes et de Gosbanks, bien sûr. Comme Goldman Sachs.

 

16/04/2013

L'ami américain

 

Voir aussi cet article, sur un site qu'on ne peut pas soupçonner de fâââchisme.

06/04/2013

Face à la corruption généralisée, l'avenir de la France

MLP%20diversit%C3%A9.jpeg

Photo trouvée ici.

Bonus

04/04/2013

Vous avez dit : « radicalisation » ?

Marchais.jpeg

Défunte offre politique degôôôche

 

« 51% des étrangers en France et des sympathisants de gauche pensent qu’il y a trop d’immigrés en France…

Selon un sondage CSA/CNCDH/Service d’information du Gouvernement réalisé du 6 au 12 décembre 2012 sur un échantillon national représentatif de 1029 personnes âgées de 18 ans et plus et rendu public le 21 mars 2013, 69% des individus interrogés trouvent qu’il y a trop d’immigrés en France. C’est 10 points de plus qu’en 2011 et 22 points de plus qu’en 2009.

Plus les enquêtés sont âgés, plus ils pensent qu’il y a trop d’immigrés en France (54% des moins de 30 ans, 68% des 30-49 ans et 75% des 50 ans ou plus). Les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées (71%) partagent plus fréquemment cet avis que les catégories socioprofessionnelles dites supérieures (58%). [Moins] les enquêtés sont diplômés, plus ils pensent qu’il y a trop d’immigrés aujourd’hui en France (43% des plus de Bac +2, 56% des Bac+2, 69% des niveaux Bac, 77% des BEPC/CAP/BEP et 80% des sans diplôme/Primaire). Les personnes de nationalité étrangère sont elles-mêmes 51% à partager cette opinion.

Enfin, si les sympathisants de droite (81%) sont nettement plus de cet avis que ceux de gauche (51%), la progression de ce sentiment est nettement plus forte parmi les seconds (+11 points en un an) que parmi les premiers (+3 points en un an).

Au total, 61% des personnes interrogées considèrent qu’aujourd’hui en France on ne se sent plus chez soi comme avant (+6 points sur un an), soit la proportion la plus élevée depuis 1990. »

Source