Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2013

Bientôt la fin

Impasses%20multiples.jpg

 

« (...) L’oligarchie s’imagine qu’elle peut gouverner le monde contre la volonté des peuples. Elle croit que l’économie constitue l’horizon indépassable de l’humanité et que la post-démocratie représente le meilleur régime politique possible. Elle croit incarner la fin de l’histoire.

Mais tout cela n’est qu’illusion. Le petit club des privilégiés qui composent l’oligarchie prend ses désirs pour des réalités : des désirs qui reposent au surplus sur un présupposé à caractère raciste, celui qui pose que le modèle anglo-saxon serait le seul et le meilleur possible.

Il ne faut pas surestimer le pouvoir de l’oligarchie dans la mesure où les faits ne cessent de la démentir.

Les identités et les cultures résistent à l’impérialisme des marchés. Les crises financières à répétition montrent que l’oligarchie ne maîtrise plus l’économie. La puissance américaine est ébranlée même si elle reste encore redoutable, car les pays émergents rendent le monde toujours plus multipolaire.  Et en Europe même l’oligarchie se trouve de plus en plus contestée, au fur et à mesure que la crise se développe.

Le Système oligarchique ne tient que parce qu’il ne fait pas encore l’objet d’une contestation globale et parce qu’aucun concurrent crédible ne se dresse devant lui, si l’on excepte le cas de l’Islam radical, mais qui ne peut concerner les Européens.

Mais on sent que les temps d’une nouvelle alternative politique au Système oligarchique occidental approchent. (...)

Si l’on s’en tient au monde factice que nous présentent les médias, il y a tout lieu de se montrer pessimiste en effet sur l’avenir de l’Europe. Mais si l’on examine plus précisément la réalité, on perçoit les germes du renouveau européen : en particulier dans la population active et dans la jeunesse.

Car la situation de l’Europe occidentale ressemble beaucoup à celle de l’URSS sur sa fin : une nomenklatura coupée du peuple et qui cumule tous les pouvoirs, des intellectuels entrant en dissidence contre l’idéologie du Système, une propagande officielle déconsidérée, une perte de compétitivité croissante, des Etats réduits à leur rôle répressif.

Le Système occidental apparaît puissant vu de l’extérieur, mais il est vermoulu à l’intérieur. Le mur médiatique se fissure déjà. D’autres murs tomberont. L’oligarchie ne cesse de nous répéter qu’il faudrait s’adapter – donc se résigner – à ce monde. De plus en plus d’Européens pensent au contraire qu’il est encore temps de le changer.

Et comme aimait à l’écrire le grand historien disparu Dominique Venner, "l’histoire est le lieu de l’inattendu". »

Source

26/09/2013

Humour aujourd'hui interdit

(Théâtre Grévin, Paris, 1986)

24/09/2013

Il faut tuer le bourgeois qui est en soi

Patate%20de%20canap%C3%A9.jpg

 

Notre premier ennemi c’est nous-même.

Nos pays, notre Europe, notre civilisation, sont en voie de décomposition : c’est une évidence aussi bien dans les faits que dans les mœurs.

Pour nous qui vivons aujourd’hui, la décadence est un phénomène nouveaux, mais l’histoire de l’Europe, ou mieux encore les histoires qui ont caractérisé la civilisation européenne, l’ont connue et surmontée à maintes reprises.

Ce n’est pas en jouant le réactionnaire bourgeois, le conservateur puritain, l’hystérique de l’heure apocalyptique, que nous trouverons une issue à cette impasse.

Celle-ci peut être désignée - et donc combattue - seulement par ceux qui jettent un regard froid et impitoyable sur la réalité en étant capables, à la fois, d’apprendre les leçons du passé et d’entrevoir les axes rénovateurs du futur.

C’est dans cet esprit que je veux attirer l’attention sur la folie hystérique, impolitique et maso qui a pris possession des milieux dits extrêmes qui essayent de contrer une dynamique dévastatrice en faisant appel à la langue de bois ou à des utopies à la saveur eschatologique.

Car il s’agit bien de cela quant on évoque la guerre des classes, la guerre des races ou l’imposition par le bas d’une autre mondialisation.

Lire la suite

16/09/2013

Peur de la mort

 

« Le grand Maître de sabre, Tajima no Kami, enseignait son art au Shogun (gouverneur impérial). Un des gardes personnels du Shogun vint un jour le trouver pour étudier le maniement du sabre sous sa direction.

- ” Pour autant que je puisse en juger, dit Tajima, vous êtes vous-même un Maître dans cet art. Dites-moi, je vous en prie, de quelle école vous venez.”

Le garde répondit : ”Je suis désolé de vous dire que je n’ai jamais appris dans une école.”

- ”Vous moquez-vous de moi ? Ne me racontez pas d’histoires, je sais ce que je dis et j’ai une grande expérience des hommes.”

- ”Je regrette de mettre en jeu votre réputation, mais je vous certifie que je n’ai jamais appris le maniement du sabre sous la direction d’un Maître, et d’ailleurs j’avoue que je ne connais pas grand-chose à cet art. J’ai bien besoin d’un apprentissage technique.”

L’assurance du visiteur fit réfléchir le Maître un moment. Il reprit : ”Puisque vous le dites, c’est sûrement vrai. Mais je persiste à croire que vous êtes passé maître en quelque chose. Je ne saurais dire quoi.”

- ”Eh bien puisque vous insistez, je vous dirais ceci : quand j’étais enfant, l’idée m’est venue qu’en tant que samouraï je ne devais en aucune circonstance avoir peur de la mort, et depuis cette époque je n’ai pas cessé, pendant des années, de me frotter à l’idée de la mort.

Aujourd’hui, le problème a complètement cessé de me préoccuper. Je l’ai maîtrisé, en quelque sorte. C’est peut-être à cela que vous pensiez ?”

- ”Exactement !” s’exclama Tajima no Kami, ”c’est cela que je voulais dire. Je suis heureux de ne pas m’être trompé. Être libéré de la peur de la mort est un des secrets les plus importants de l’art du sabre. J’ai entraîné des centaines d’élèves, mais peu d’entre eux ont réellement atteint le degré de la maîtrise. Quant à vous, vous n’avez plus besoin d’un entraînement technique, vous êtes déjà un Maître.” »

Source

22:54 Écrit par Boreas dans Histoire, Identité, Philosophie, Psychologie | Lien permanent | Tags : peur, mort, sabre, technique, maîtrise |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

14/09/2013

Iran, une puissance dévoilée

Un film datant de 2008, écrit par Jean-François Colosimo.

 

(Mise à jour du 13 janvier 2014)

Comme ce film a été supprimé chez tous ses hébergeurs, je vous propose de vous consoler en écoutant un entretien de 2009 avec Jean-François Colosimo.

12/09/2013

Bande de cons

Salauds%20de%20pauvres.jpeg

 

Je suis certainement un sale type, agressif, péremptoire et tout. Ce n'est pas un scoop. Il y a un paquet d'abrutis qui le pensent, donc ce doit être vrai. Les abrutis ont toujours raison, c'est d'ailleurs pourquoi il est impossible de les convaincre du contraire. Bref, autant abonder dans leur sens en empilant les provocations pas gratuites. D'ailleurs, j'ai suffisamment d'ennemis pour me moquer complètement de m'en faire davantage, ce qui ne saurait tarder.

Pour vous expliquer le topo, je reproduis ici un commentaire rageur que je viens d'expédier chez mon excellent camarade Hoplite et qui vise, une fois de plus, une fraction de cette « droite nationale » à laquelle je m'en suis déjà pris quelquefois et dont je disais qu'elle pense avec ses pieds. Par moments, c'est bon, la colère.

Lire la suite

07/09/2013

Folies d'Espagne

Qu'est-ce que c'est ?

05/09/2013

Manif Pour Tous et anti-impérialisme, même combat

Missile%20gay.jpg

Missile libéral-libertaire

 

« Entre la loi Taubira et les tentations de guerre punitive à Damas, deux sujets qui auront dominé l’actualité depuis le début de l’année, quoi de commun ? Les soutiens au lobby gay et aux "guerres humanitaires" ne sont pas sans s’inspirer des mêmes logiques, à commencer par la théorie du chaos.

APPAREMMENT rien de commun entre le prétendu "mariage" pour tous et le projet d’intervention des forces françaises en Syrie : une réforme du droit civil interne d’un côté, un problème politique et diplomatique à l’autre bout de la Méditerranée, de l’autre. Si les partisans de l’un et de l’autre, on le verra, sont à peu près les mêmes, leurs opposants les plus virulents ne se recouvrent pas. Pourtant, beaucoup de choses relient ces deux événements. Nous voudrions montrer le parallélisme des logiques à l’œuvre dans l’un et l’autre cas.

De nombreuses convergences

Lire la suite

03/09/2013

Pognon aliénation

DSK%20New%20York%202011.jpg

Eh oui, je sais, c'est moche

 

« L’argent est le dieu jaloux d’Israël devant qui nul autre dieu ne doit subsister. L’argent abaisse tous les dieux de l’homme et les change en marchandise. L’argent est la valeur générale et constituée en soi de toutes choses. C'est pour cette raison qu'elle a dépouillé de leur valeur propre le monde entier, le monde des hommes ainsi que la nature. L'argent, c'est l'essence séparée de l'homme, de son travail, de son existence ; et cette essence étrangère le domine et il l'adore. »

Karl Marx, La question juive (1843)ici, p. 30

31/08/2013

Désobéissance civile

Manifestation interdite. Mobilisation massive de CRS. La routine.

Et la presse du Régime qui affirme que les Veilleurs ne sont que quelques centaines à Paris ce soir. C'est évident, voyons (cliquez un peu sur la photo, histoire de rire) :

 

 

Bouh, ils ont désobéi à la préfecture de police. Paaas bien.

Que vont faire les autorités chargées de préserver l'ordre public, gravement menacé par ces voyous violents et agressifs ? L'innocent peuple de Paris risque d'être massivement gazé par ces dangereux nervis fâââchistes, au comportement digne de Bachar el-Assad.

Je pense qu'il faudrait procéder à des frappes ciblées. À l'américaine, quoi. Histoire de montrer qu'on ne peut pas accepter ça.