Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2013

Veni, vedi, retourni

Brzezinski%20Strategic%20Vision.jpg

 

« (...) Strategic Vision”, en cette fin février 2012, constate le recul de la mainmise américaine sur la Géorgie (où les dernières élections n’ont pas porté au pouvoir le favori des Etats-Unis), sur Taïwan, sur la Corée du Sud, sur l’Ukraine (où les effets de la “révolution orange” des années 2004-2005 se sont évanouis), sur l’Afghanistan et le Pakistan, sur Israël (que Washington s’apprête à abandonner ?) et sur quelques autres têtes de pont au Proche et au Moyen-Orient. Ce recul ne signifie pas pour autant un affaiblissement fatal pour l’Occident, explique Brzezinski : si le tandem euro-américain s’allie à la Russie, alors un espace stratégique inaccessible et inexpugnable se formera sur tout l’hémisphère nord de la planète, de Vancouver à Vladisvostok. Cette grande alliance “boréale” potentielle devra absolument compter sur l’alliance turque, car la Turquie est le “hub”, le moyeu, qui unit géographiquement l’Europe, la Russie (l’espace pontique), l’Afrique (le canal de Suez + l’espace nilotique de l’Egypte au Soudan et à la Corne de l’Afrique), l’Asie (l’espace de la turcophonie + les bassins du Tigre et de l’Euphrate + la péninsule arabique). Sans ce moyeu, l’alliance “boréale” ne pourrait fonctionner de manière optimale.

Strategic Vision” entend aussi mettre un terme à la démonisation systématique de la Russie par les médias américains : pour Brzezinski, la Russie doit dorénavant être considérée comme un pays démocratique à part entière. Il ne ménage pas ses critiques à l’endroit des médias et des ONG qui ont travaillé à exciter les opposants russes les plus délirants et les plus farfelus (jusqu’aux “pussy riots” et aux “femens”), à cultiver et amplifier la “légende noire” dont on accable la Russie, au moins depuis la Guerre de Crimée au 19ème siècle. Le noyau dur de sa critique est de dire que ce travail de harcèlement par les ONG est inutile dans la mesure où une démocratie ne s’impose jamais de l’extérieur, par le jeu des propagandes étrangères, mais uniquement par l’exemple. Il faut donner l’exemple de la démocratie la plus parfaite, d’une bonne gouvernance à toute épreuve (hum !) et alors on sera tout logiquement le modèle que tous voudront imiter.

Strategic Vision” constate aussi que les aventures militaires n’ont pas atteint les résultats escomptés. Il y a eu “hétérotélie” pour reprendre l’expression de Jules Monnerot, soit un résultat très différent des visées initiales, hétérogène par rapport au but fixé. Le coût de ces aventures militaires risque, même à très court terme, de déstabiliser les budgets militaires voire d’entraîner la faillite du pays. Le modèle américain du bien-être matériel pour tous risque alors d’être définitivement ruiné alors qu’il avait été vanté comme le meilleur de la Terre, ce qui, quand il ne fonctionnera plus très bien, entraînera fatalement des désordres intérieurs comme ailleurs dans le monde. Déjà les soupes populaires attirent de plus en plus de citoyens ruinés dans les villes américaines. L’American Way of Life ne sera plus un modèle universellement admiré, craint “Zbig”.

Les Etats-Unis, ajoute Brzezinski, sont comme l’URSS dans les années 1980-1985. Six raisons le poussent à énoncer ce verdict :

1. Le système est irréformable (mais il l’est partout dans l’Euramérique...) ;

2. La faillite du système est due au coût des guerres ;

3. L’effondrement du bien-être dans la société américaine entraîne une déliquescence généralisée ;

4. La classe dirigeante n’est plus au diapason (comme en Europe) ;

5. La classe dirigeante tente de compenser les échecs extérieurs (et intérieurs) par la désignation d’un ennemi extérieur, qui serait “coupable” à sa place ;

6. La politique extérieure, telle qu’elle est pratiquée, mène à l’isolement diplomatique, à l’auto-isolement.

Zbigniew Brzezinski doit cependant battre sa coulpe. En effet,

1. La réconciliation avec la Russie aurait dû se faire dès les années 90, quand les thèses exposées dans “The Grand Chessboard” constituaient la référence politique des décideurs américains en matière de politique étrangère.

2. Brzezinski n’a pas contribué à l’apaisement nécessaire puisqu’il a jeté de l’huile sur le feu jusqu’en 2008 ! Mais, malgré son grand âge, il est capable de tirer les conclusions de l’échec patent des suggestions qu’il a formulées au cours de sa très longue carrière. (...) »

Robert Steuckers (tout l'article est extrêmement intéressant)

20/09/2013

L'Union européenne, nain financier, nain politique

Europe%20d%C3%A9m%C3%A2t%C3%A9e.jpg

 

Les souverainistes « étroits » (nationaux ou nationalistes) nous bassinent avec la prétendue toute-puissance de Bruxelles, alors qu’en réalité c’est un nain financier et donc, un nain politique.

Comparez juste le budget de l’Union européenne avec celui de l’Etat fédéral américain en 2012 :

- UE : 129 milliards d’euros

- USA : 2.906 milliards d’euros (3.796 milliards de dollars)

Budget de l’UE : 22,5 fois moins que celui des USA.

Et encore, il faut pondérer cette proportion, car l’UE compte davantage d’habitants (en 2012, 503.824.373 contre 313.914.040, soit 60 % de plus).

Donc, si on ajoute 60 % au budget US en imaginant que la population soit la même que celle de l’UE, on arrive à un total de 4.650 milliards d’euros ; ce qui, proportionnellement au financement de l’UE, est 36 fois plus important.

L'Amérique a perdu la guerre

Obamamertume.jpg

 

« (...) Les quatre chefs d’état-major viennent de présenter leurs évaluations, pour leurs propres forces, des capacités de ces forces en fonction des projections budgétaires à très court terme puisqu’il s’agit de 2014. L’ensemble de la problématique abordé, qui est pourtant fort vaste, ce résume à ce mot de “séquestration” qui semble désormais contenir toute la charge de stupidité d’un système, ou du Système si l’on veut, qui s’est lui-même cadenassé dans un carcan juridique inviolable, destructeur des capacités que les budgets annuels sont censés améliorer et moderniser constamment. Trois des quatre chefs d’état-major, – les principaux, ceux de l’Army, de l’USAF et de la Navy, – viennent de témoigner sous serment que, selon leur évaluation et conformément au régime de la séquestration, leurs forces n’auront plus l’assurance de l’emporter dans un seul conflit conventionnel de haute intensité dit-MTO, c’est-à-dire d’assurer les moyens et les capacités nécessaires pour figurer dans un tel conflit et l’emporter. (MTO en acronyme pentagonesque, pour Major Theatre of Operations.) (...)

Lire la suite

15/09/2013

Syrie : ce qu'a écrit Poutine

Poutine%20%C3%A9volution.jpg

 

« (...) Les frappes potentielles par les États-Unis contre la Syrie, en dépit d’une opposition forte de nombreux pays et de figures politiques et religieuses majeures, notamment le Pape, ne pourraient que causer un nombre de victimes innocentes et une escalade du conflit, étendant potentiellement la crise loin au-delà des frontières syriennes. Des frappes ne feraient que propager la violence et créer une nouvelle vague de terrorisme. Elles mineraient les efforts multilatéraux visant à résoudre le problème nucléaire iranien et le conflit israélo-palestinien, et participeraient à une déstabilisation toujours plus grande du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Ces frappes pourraient ainsi complètement déséquilibrer l’ordre du système international.

La Syrie n’est pas le champ de bataille d’une lutte pour la démocratie, mais d’un combat armé entre le gouvernement et son opposition dans un pays multi-religieux. Il existe quelques champions de la démocratie en Syrie. Mais il y a aussi plus qu’assez de combattants d’Al-Qaïda et d’extrémistes de tout bord combattant le gouvernement. Le Département d’État américain a désigné Al-Nosra, et l’État islamique d’Irak et du Levant, qui combattent avec l’opposition, comme des groupes terroristes. Ce conflit interne, alimenté par des armes fournies à l’opposition par des pays étrangers, est aujourd’hui un des plus sanglants dans le monde.

Les mercenaires des pays arabes qui combattent là-bas, et les centaines d’activistes venus de pays européens, y compris de Russie, sont pour nous sujets de profonde inquiétude. Ne pourraient-ils pas rentrer dans nos pays avec l’expérience acquise en Syrie ? Après tout, après avoir combattu en Libye, les extrémistes se sont déplacés au Mali. C’est une menace pour nous tous.

Lire la suite

14/09/2013

Iran, une puissance dévoilée

Un film datant de 2008, écrit par Jean-François Colosimo.

 

(Mise à jour du 13 janvier 2014)

Comme ce film a été supprimé chez tous ses hébergeurs, je vous propose de vous consoler en écoutant un entretien de 2009 avec Jean-François Colosimo.

François Hollande doit recevoir le prix Nobel de la paix

I%20fucking%20love%20cocaine.jpg

 

Diplomate de carrière de 1972 à 2009, Pierre Charasse fut ambassadeur, notamment au Pakistan, en Uruguay et au Pérou, et a représenté la France dans de nombreuses instances internationales. Depuis le Mexique où, retraité, il réside, il vient d’adresser une lettre aussi ironique que cinglante à François Hollande sur la crise syrienne.

Mexico, le 2 septembre 2013

Monsieur le Président de la République,

Dans l’épreuve que subit actuellement l’humanité du fait de la présence d’armes chimiques en Syrie, vous avez pris la tête d’un grand mouvement mondial au nom de « l’obligation de protéger » les populations civiles menacées. Vous avez très bien expliqué dans votre discours du 27 août devant vos Ambassadeurs que c’était là la vocation de la France, comme elle l’a fait en Libye récemment, et qu’elle ne manquerait pas à son devoir. Votre détermination exemplaire devrait rapidement convaincre vos partenaires européens flageolants et les opinions publiques pleutres, en France, en Grande Bretagne, aux Etats-Unis et partout dans le monde, du bien-fondé d’une intervention militaire chirurgicale en Syrie.

Naturellement, comme vous l’avez rappelé le 27 août, « l’obligation de protéger » s’inscrit dans une démarche très réglementée par les Nations Unies et incombe en premier lieu aux Etats concernés : protéger leur propre population. En cas de défaillance de leur part, c’est au Conseil de Sécurité qu’il appartient de décider des modalités de mise en œuvre de ce principe. Sous votre conduite, la France s’honorera si elle fait respecter à la lettre cette avancée importante du droit international. Je suis sûr que le Président Poutine sera sensible à vos arguments tout comme le Président Xi Jiping et qu’ils ne feront pas obstacle à vos projets en opposant un veto au Conseil de Sécurité. Peu importe que l’objectif final soit encore un peu flou, ce qui compte c’est la défense énergique de principes clairs.

De même, je suis sûr que d’autres pays suivront la France dans son intention de livrer des armes aux rebelles syriens, malgré les risques que cela comporte. M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères, a annoncé qu’il exigerait des destinataires des armes françaises qu’ils signent un « certificat d’utilisateur final ». Avec une telle fermeté nous aurons l’assurance que nos armes ne tomberont pas entre les mains des combattants Jihadistes du Front Al Nusra-Al Qaeda, qui font partie de la Coalition rebelle (encore très hétéroclite mais que avez le mérite de vouloir unifier, bon courage !) et ne se retourneront pas contre les pays occidentaux qui les ont aidés ou leurs rivaux au sein de la Coalition, voire des populations civiles.

Lire la suite

12/09/2013

Bande de cons

Salauds%20de%20pauvres.jpeg

 

Je suis certainement un sale type, agressif, péremptoire et tout. Ce n'est pas un scoop. Il y a un paquet d'abrutis qui le pensent, donc ce doit être vrai. Les abrutis ont toujours raison, c'est d'ailleurs pourquoi il est impossible de les convaincre du contraire. Bref, autant abonder dans leur sens en empilant les provocations pas gratuites. D'ailleurs, j'ai suffisamment d'ennemis pour me moquer complètement de m'en faire davantage, ce qui ne saurait tarder.

Pour vous expliquer le topo, je reproduis ici un commentaire rageur que je viens d'expédier chez mon excellent camarade Hoplite et qui vise, une fois de plus, une fraction de cette « droite nationale » à laquelle je m'en suis déjà pris quelquefois et dont je disais qu'elle pense avec ses pieds. Par moments, c'est bon, la colère.

Lire la suite

08/09/2013

Géopolitique : des révolutions arabes à la crise syrienne

06/09/2013

L'après-G20

Op%C3%A9rationp%C3%A9dalobis.jpg

Le G20 ? Ça s'est super-bien passé !

05/09/2013

Manif Pour Tous et anti-impérialisme, même combat

Missile%20gay.jpg

Missile libéral-libertaire

 

« Entre la loi Taubira et les tentations de guerre punitive à Damas, deux sujets qui auront dominé l’actualité depuis le début de l’année, quoi de commun ? Les soutiens au lobby gay et aux "guerres humanitaires" ne sont pas sans s’inspirer des mêmes logiques, à commencer par la théorie du chaos.

APPAREMMENT rien de commun entre le prétendu "mariage" pour tous et le projet d’intervention des forces françaises en Syrie : une réforme du droit civil interne d’un côté, un problème politique et diplomatique à l’autre bout de la Méditerranée, de l’autre. Si les partisans de l’un et de l’autre, on le verra, sont à peu près les mêmes, leurs opposants les plus virulents ne se recouvrent pas. Pourtant, beaucoup de choses relient ces deux événements. Nous voudrions montrer le parallélisme des logiques à l’œuvre dans l’un et l’autre cas.

De nombreuses convergences

Lire la suite