Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2011

"Homo americanus, rejeton de l'ère postmoderne", par Tomislav Sunic

Emission Méridien Zéro du 30 janvier 2011, sur RBN France (durée : 1 h 30).


podcast

Source : Méridien Zéro

 

A lire en introduction, cet article de Polémia.

Une visite directe à l'auteur est également possible.

Couverture du livre de Tomislav Sunic

01/02/2011

L'accélération de l'Histoire

sol_invictus.jpg

"[Le] phénomène d’ 'accélération de l’Histoire', qui se conjugue et se traduit par une accélération du temps historique qui est nécessairement une contraction, nous semble particulièrement s’affirmer dans les circonstances présentes. Il nous semble en effet que cette contraction du temps traduit la puissance et l’entraînement irrésistible d’événements métahistoriques eux-mêmes d’une très grande puissance. Il s’agit typiquement d’une période 'maistrienne' où le rythme et la puissance des événements surmontent aisément la capacité des hommes placés à la direction des sociétés et des organismes constitués à les comprendre, à les suivre, sans même parler, bien entendu, de les contrôler. De ce point de vue, il s’agit d’une période 'révolutionnaire', mais cela compris en évitant absolument et impérativement de s’attacher au sens idéologique et politique du mot, tel que l’implique spécifiquement le langage de la modernité avec son sens progressiste. On pourrait même avancer qu’il faudrait également et surtout prendre le mot selon son sens initial (celui que rappelait Hanna Arendt), qui est celui d’un 'révolution' d’un astre autour d’un point dans l’espace, et le caractère 'révolutionnaire' serait alors complètement séparé de son sens idéologique en signalant un bouleversement cosmique, cyclique, éventuellement avec un retour sur l'essence de l’origine de lui-même (qu'on pourrait nommer Tradition), enrichi de l’expérience et de l’enseignement de la période. Sans s'attacher au sens précis de l'image qui conduirait à un débat qui n'est pas le sujet autour de thèses connues (théorie cyclique, l' 'éternel retour', etc.) mais en s'attachant exclusivement à son symbolisme, l’interprétation contredit absolument les références au Progrès, à la modernité, à un 'sens de l’Histoire' progressiste ou néo-libéral, voire neocon ; non seulement elle les contredit mais, plus encore, elle s’institue résolument au-dessus de ces références, en réduisant celles-ci à une mystification complète et à une falsification dérisoire. Cette interprétation transforme la crise politique et historique en une crise métahistorique et eschatologique, au-delà de la moindre influence décisive de l’action humaine concertée selon les instructions du Système qui a phagocyté l’évolution de notre civilisation en la transformant en une 'contre-civilisation' absolument maléfique".

Philippe Grasset

"La crise n’en est pas une à proprement parler mais une structure crisique qui s’étend comme une pandémie, et avec un caractère eschatologique évident malgré qu’il s’agisse d’événements concernant les sapiens – 'eschatologique', c’est-à-dire échappant au contrôle humain, parce que tout cela se trouve sous l’empire d’un Système lui-même devenu eschatologique et en cours d’effondrement. Avant, une 'révolution' impliquait une surprise, qui entraînait la perte de contrôle par les autorités au profit des 'révolutionnaires' ; d’où la fausseté de la théorie des dominos, puisqu’une révolution faisait craindre la contagion, suscitait des mises en alerte, effaçait l’effet de surprise chez les autres, conduisait à des révolutions avortées et démentait la théorie. On peut faire l’hypothèse qu’avant, dans l’époque géopolitique qui précéda notre époque psychopolitique, le désordre 'révolutionnaire' ne se serait pas si aisément diffusé en Egypte, après la Tunisie, même dans le stade actuel de la diffusion des manifestations. La différence est, à notre sens, moins dans la peur des autorités que dans la notion de l’effondrement du contrôle général, et cette notion de contrôle s’étendant jusqu’au domaine nécessairement inconscient de la psychologie, qui ne serait pas un acte de propagande mais la simple situation marquée par l’assurance que tous les esprits, y compris ceux de ses adversaires, restent bien à l’intérieur de la logique du Système – sa bulle virtualiste, en vérité.

Aujourd’hui, le 'contrôle' n’existe plus (la bulle est crevée, le virtualisme à l'agonie), y compris aux USA où l’on passe son temps à spéculer sur la forme que prendra l’effondrement… des USA. La psychologie collective 'sent' bien cela, cette odeur de poudre, ces bruits sourds annonçant le séisme. Les directions politiques ont moins 'peur du peuple' qu’elles ne sont épuisées psychologiquement, sans conviction, affaiblies par la corruption du discours faussaire du virtualisme, et même obscurément conscientes de la justesse des réactions populaires (infection psychologique par l’évidence de la justesse de la crise). Aujourd’hui, l’événement n’est plus politique ('révolution', 'réforme', bla bla bla), il est fondamentalement psychologique, dans la réalisation inconsciente qui pèse d’un poids terrible sur notre raison si satisfaite d’elle-même que ce Système qui s’est construit sur la vanité de cette même raison ne tient plus, qu’il s’effondre à son rythme, comme une énorme chose pourrie et rongée par les termites. Dans ce cas, la théorie des dominos, qui était une construction théorique non réalisée dans les temps d'avant, reprise d’ailleurs par les imprudents neocons, marche à plein, par le canal de la psychologie. La surprise nécessaire aux 'révolutions' qui ont bercé d’illusions sanglantes notre XXème simple n’est plus nécessaire car nous sommes placés devant la fatalité de l’effondrement, comme une gigantesque contagion globalisée, – la fatalité ayant remplacé la surprise et garantissant l’expansion de la pandémie. (Enfin, on vous l’avait bien dit : la globalisation est une affaire qui marche.)

Philippe Grasset

31/01/2011

La phalange hoplite, exemple de la solidarité nécessaire

"Passant, va dire à Sparte que nous sommes morts ici pour obéir à ses lois" (inscription du poète Simonide de Céos sur le mausolée érigé au sommet du mont Kolonos, lieu de la mort des derniers Spartiates ayant participé à la bataille).

A cent mille lieues au-dessus de notre méprisable civilisation de boutiquiers, la bataille des Thermopyles a opposé, voilà vingt-cinq siècles, quelques centaines de Spartiates à des dizaines de milliers de Perses.

Ce fut, après trois jours de combats, une défaite grecque mais, à terme, une victoire, puisque jamais les Perses ne purent conquérir la Grèce.

En 1814, un magnifique tableau de Jacques-Louis David vint illustrer ce symbole de l'héroïsme, du sacrifice et du mépris de la noblesse guerrière pour la mort.

En 1962, Hollywood tenta, non sans charme (le film étant réalisé par l'excellent Rudolph Maté) mais avec sa mièvrerie coutumière, de reconstituer cet épisode des guerres médiques avec, dans le rôle du roi Léonidas 1er de Sparte, Richard Egan.

C'est en 2007 que sortit "300", film fantastique, ambigu et controversé, inspiré de la bande dessinée du néo-conservateur américain Frank Miller, elle-même adaptée de la tentative cinématographique de 1962, avec l'Ecossais Gerard Butler dans le rôle principal.

Cette oeuvre manichéenne, peuplée de monstres, infidèle en diable à la réalité historique, constamment baignée d'une lumière crépusculaire, comporte malgré tout quelques scènes d'anthologie, que voilà, pour l'essentiel.

Elles ne m'intéressent pas pour leur aspect violent et/ou spectaculaire (le cinéma anglo-saxon a le défaut de céder très souvent au grand-guignol), mais en raison de la solidarité, de la noblesse et de l'héroïsme qu'elles illustrent et qui devraient nous guider.

A bas le matérialisme.

Vive les phalanges d’hoplites.

Puissions-nous faire preuve de la même intelligence du monde.

09/01/2011

L'homme qui trouvait tout le monde "stupide"...

... C'était Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud et père de la propagande consumériste.

21/12/2010

Ancienne URSS, nouvelle Russie

 

La Russie n'est pas très bien vue chez nous, c'est un euphémisme.

Pas une semaine ne se passe sans que le complexe médiatico-politique ne nous serve un petit laïus bien moral sur le méchant FSB, sur le sort funeste qui attend un pays que les donneurs de leçons ont pourtant bien enfoncé en leur temps, sur la "dictature" poutinienne ou encore sur son laxisme quand il s'agit de lutter pour la "diversité" que nos élites aiment tant... N'en jetez plus. Ah si, tiens : encore un autre lien, juste pour rigoler un peu de ces tartuffes.

Certains auteurs, comme Hélène Blanc et Pierre Avril, dont les allégations ont été contestées par Xavier Moreau et Alexandre Latsa, se sont spécialisés dans le dénigrement de la Russie, fondant notamment leurs attaques sur le fait que le pouvoir actuel serait la continuation cachée du régime soviétique.

Sans parler, du côté de la droite catholique, de Pascal Bernardin qui, dans les années 1990, appelait la même thèse au service d'une vision antimondialiste par ailleurs fondée sur des éléments intéressants, quant à l'exploitation des théories du réchauffement climatique. C'est nettement plus pertinent.

En 1984, un transfuge du KGB, Anatoli Golitsyne, publiait un livre intitulé "New lies for old" (De nouveaux mensonges à la place des anciens), dans lequel il dévoilait une stratégie à long terme, élaborée, selon lui, par les Soviétiques dès la fin des années 1950, pour duper l'Occident en travestissant le communisme en libéralisme afin, en définitive, de conquérir le monde par la subversion. Ce plan aurait été mis en application à partir des années 1980.

Aux Etats-Unis, le néo-conservateur Jeffrey Nyquist s'efforce d'accréditer l'idée selon laquelle ce plan serait toujours en cours d'exécution.

Qu'en est-il ?

Une bonne partie des prédictions de Golitsyne se sont réalisées.

Les meilleurs experts américains du renseignement ont été dans l'impossibilité de démontrer que ce transfuge manquait de sincérité.

Les dirigeants de la CIA se sont disputés longtemps à ce sujet, sans jamais parvenir à établir si Golitsyn était ou non un agent double.

Contrairement à ce que se sont demandé certains chercheurs, il n'était pas davantage un agent de longue date de la CIA.

Tout cela donne à penser que le plan a bel et bien existé, mais qu'à un moment donné, il a cessé d'être appliqué, tout en laissant la poursuite des intérêts géopolitiques constants de la Russie faire croire à certains, intéressés ou non, que persistait une continuité globale.

On peut croire d'autant plus à l'existence de ce plan, en lisant le dissident Vladimir Boukovski sur le faux putsch d'août 1991 contre Gorbatchev, en examinant les tenants et les aboutissants du vrai putsch de décembre 1991 contre ce même Gorbatchev, ainsi qu'en faisant le bilan des dévastations de l'ère Eltsine, encouragées et mises à profit par l'Occident.

Mais on peut également croire à l'échec final de ce plan, avec l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, pourtant ancien du KGB et donc, selon les théoriciens du complot soviétique, agent du plan décrit par Golitsyn.

En effet, rien depuis 2000, hormis la continuité de la nation russe (continuité, sauf pendant la période gorbatchévo-eltsinienne du rapprochement suicidaire avec l'Occident), ne va dans le sens de ce plan. Si continuité il y a, elle est nationaliste et géostratégique, mais pas impérialiste ni expansionniste ; autoritaire dans le sens tsariste si on veut (la Russie n’a jamais été démocratique), mais pas totalitaire.

Non seulement la Russie en a fini avec la désintégration, mais elle recommence à parler et à agir comme une puissance de premier plan et - ce qui gêne ses ennemis au plus haut point - comme une puissance pleinement souveraine.

"Russie unie", le parti du président Medvedev et du premier ministre Poutine, se déclare "conservateur", c'est-à-dire ni excessivement libéral (loin, donc, de la grande braderie eltsinienne), ni socialiste, ni internationaliste.

La tradition nationale est une valeur très importante pour le pouvoir russe, qui entend la concilier avec l'indispensable modernisation sans laquelle le pays ne pourrait résister à ses ennemis.

Si Medvedev et Poutine tentent de rapprocher la Russie de l'Europe de l'Ouest, c'est avant tout en vertu d'une compréhension supérieure des intérêts communs de ces deux entités, au plan économique comme en matière géopolitique (l'Eurasie est la hantise de l'anglosphère, notamment dans la doctrine Brzezinski).

Cela n'a rien à voir avec une fantasmatique tentative de subversion de l'Union européenne, qui est déjà dans un tel état libéral-soviétique (Boukovski précité n'a pas vraiment vu l'aspect libéral, mais n'a pas tort sur le reste...) que c'est plutôt la Russie qui souffrirait de trop se rapprocher d'elle - ce qu'elle ne souhaite heureusement pas.

 

Bref, la grille de lecture des adversaires actuels de la Russie, quand ils sont sincères, a trente ans de retard et de plus, leur point de vue est occidental, à la sauce atlantiste, consciente ou non.

En voyant les choses d’un point de vue strictement européen, en intégrant à la réflexion les impératifs de la stratégie de Poutine (notamment électorale, une grande partie du peuple russe ayant la nostalgie nationaliste de la puissance stalinienne), la situation paraît toute différente de celle décrite par la propagande ambiante.

Exemple : en Ukraine, la Révolution Orange. Combien nous a-t-on seriné que l’empoisonnement du président Iouchtchenko serait l’oeuvre des Russes !

Mais à qui profiterait le crime ? Uniquement à ceux qui soutiennent la Révolution Orange, ourdie par les USA (voir notamment le rôle joué par George Soros, également dans la Révolution des Roses en Géorgie), qui peuvent accuser les Russes à des fins de propagande et ainsi détourner l’attention de l’échec de la tentative de subversion américaine.

Autre exemple : l'officialité soupçonne la Syrie et, derrière elle, la Russie, d’avoir fomenté voire commis l’assassinat de Rafik Hariri. Mais à qui profite le crime ? A Israël et à son allié US, qui peuvent tirer de cette insinuation des arguments de propagande contre la Syrie et ses soutiens iranien et russe.

Et quant à tuer Anna Politkovskaïa, c’est ridicule : quel intérêt ? Les Russes savent très bien que les médias occidentaux sont les plus puissants du monde et que si le pouvoir tuait – en plus, en la flinguant dans un ascenseur ! Le poison, la crise cardiaque, ça n’existe plus ?!… – une journaliste quasiment inconnue en Russie mais chérie des bien-pensants de l’Ouest, ils se feraient traiter d’assassins tout autour du globe (ce qui est arrivé : à qui cela profite-t-il ?) ! Les prend-on pour des imbéciles ?

D’ailleurs, l’indignation sélective fonctionne bien dans ces mêmes médias. D’autres journalistes russes n’ont pas eu droit aux mêmes cris d’orfraie.

Et pourquoi pas Litvinenko (ex-agent du KGB lui aussi, soit dit en passant) ?

Il y a bien d’autres pistes pour ces deux affaires et surtout une, celle qui a été suggérée par les Russes, alors forcément on ne va pas y croire, n’est-ce pas, c’est celle de cette ordure mafieuse de Berezovsky.

On se trompe, et on trompe, sur la Russie.

Contrairement aux USA, les Russes, qu’ils soient ou non encore nostalgiques, au bas de l’échelle sociale, de l’URSS qui leur assurait la sécurité matérielle minimale en échange de leur liberté (définition du communisme par Alexandre Zinoviev), ne veulent pas nous dominer et le voudraient-ils, d’ailleurs, qu’ils n’en auraient pas les moyens.

Ils ont besoin de nous et, principalement, de l’Allemagne et de la France, pour faire contrepoids à la Chine et (encore, mais probablement plus pour très longtemps) aux Etats-Unis ; comme nous avons besoin d’eux.

C’est une nécessité géopolitique, pas une affaire d’idéologies.

Il ne s’agit pas, ni pour nous de nous jeter tout ligotés dans leurs bras, ni pour eux de se livrer garrottés à une UE qui s’empresserait de n’en faire qu’une bouchée mondialiste…

Il s’agit juste de survivre, en tant que peuples et identités, face aux menaces multiples, la première étant encore la pourriture occidentale, dont le centre névralgique est bel et bien aux USA.

 

Personne ne songe à nier l’influence de l’URSS et du KGB pendant la guerre froide, etc.

Il suffit de lire "Le terrorisme intellectuel de 1945 à nos jours" de Jean Sévillia, pour récapituler les effets de tout cela en France.

Mais :

1/ il n’y a pas eu que l’influence soviétique (beaucoup de marxistes-léninistes, staliniens, trostkistes européens n’ont jamais mis les pieds en URSS ni été en contact avec le PCUS, ni même le PCF pourtant très puissant à l’époque, les petits maoïstes de mai 1968 étaient tous des fils de « bonnes familles » bourgeoises influencés par leurs lectures, plus que par des séjours chez les Komsomol ou dans une ambassade à Moscou comme quelques rares Pierre Joxe) ; la contamination idéologique est aussi venue de la société de consommation et de son confort, permettant de croire que n’importe quelle idée gauchiste n’était pas dangereuse pour la bourgeoisie, que l’on pouvait, dans les beaux quartiers, se payer une tranche de bisounoursisme idéologique sans en subir les conséquences à la Pol Pot (mai 1968, c’était ça : du théâtre ; d’ailleurs, tous les cadres de mai, ou presque, sont assez rapidement devenus très intégrés à la société marchande et politiquement correcte – on dirait UMPS, aujourd’hui) ;

2/ l’URSS, comme l’Occident, ont produit des nomenklaturas (en ce sens, notamment, l’URSS était un capitalisme comme un autre) ; c’est le matérialisme qui fonde les deux systèmes, la croyance en le fait qu’il n’existe rien au-dessus des hommes, que la nature est faite pour être asservie et exploitée, que le bonheur ne peut être que matériel, soit en gagnant de l’argent (libéralisme), soit en travaillant pour partager le produit d’efforts communs (communisme) ; mais, en réalité, il y a toujours une « superclasse » qui profite de la croyance des gogos à ces beaux discours utopiques ;

3/ nous avons, en France, un système hybride, fondé tant sur des illusions libérales que sur des vieilles lunes marxistes, en effet, mais également sur le vieil esprit français, tout simplement, et qui remonte au Moyen-Age et, probablement, à des époques encore antérieures ; la solidarité existe depuis longtemps et est indispensable, ce n’est pas parce que le collectivisme marxiste est venu partiellement couvrir cette solidarité de ses formes idéologiques que cela cesse d’être vrai et, par exemple dans le Sud-Ouest de la France, il existe encore beaucoup de traces d’un vivre-ensemble rural, familial, clanique, qui n’a rien de gauchiste ou métissoïde mais qui aboutit, vu superficiellement, à faire croire que le vote en majorité PS de toutes ces régions est idéologique, alors qu’il est surtout la traduction d’un attachement à un modèle ancien, menacé par la société mercantile ;

4/ le système français, mais aussi occidental en général, de gouvernement, est actuellement soviéto-libéral, ou libéral-soviétique (c’est ce qu’on appelle, en novlangue, la « social-démocratie »), par l’effet d’une convergence progressive des modes de manipulation employés par les élites qui, d’un côté s’enrichissent en faisant venir des immigrés pour peser sur les salaires, mondialisent par le libre échange, déréglementent la finance et le commerce internationaux et, de l’autre, achètent la paix sociale à coups d’Etat-Providence, en cas de crise sauvent les grandes entreprises aux frais du contribuable, promeuvent la régulation quand cela sert leurs intérêts : libéralisme-prétexte et collectivisme-prétexte se rejoignent, toujours au profit des mêmes ;

5/ l’URSS est morte et enterrée et si la Russie, par la voix de Poutine, contrairement aux USA, pointe l’immigration en Europe de l’Ouest (Poutine a déclaré en 1995 à l’agence Tass : "La France deviendra dans moins de vingt ans la colonie de ses anciennes colonies"), ce n’est pas pour l’encourager mais, bien au contraire, pour la déplorer ; parce qu’elle sait, pour des raisons que j’ai déjà évoquées, avoir besoin comme partenaire d’une Europe de l’Ouest forte, et non d’un magma consumériste affaibli par le métissage et les sirènes hédonistes.

Bref, ce n’est pas en faisant une fixation sur l’URSS et le KGB, malgré les réalités indéniables du passé, que nous sortirons de l’étau, actuellement bien réel, de la "soft-idéologie" (François-Bernard Huyghe) dont nous bassine la superclasse, pour nous maintenir dans un esclavage mondialiste et destructeur qui n’a plus de « russe » (et encore, ni Marx, ni Engels, ni Gramsci, ni Althusser, ni Mao, ni Ho Chi Minh, etc., n’étaient russes…), en partie, que l’origine historique.

Il est aussi naïf, aujourd’hui, de croire encore à la réalité du communisme que de croire à celle du libéralisme.

Il n’y a plus que des nigauds pour défendre l’un ou l’autre, alors que les tenants du "système à tuer les peuples" (Guillaume Faye, à l’époque où il était pertinent) se moquent des idéologies et ne poursuivent que leur intérêt propre (voir Brzezinski, qui le dit ouvertement dans ses livres).

On pourrait même dire que tomber dans ce genre de piège aujourd’hui, c’est offrir aux mondialistes soviéto-libéraux une prime au décervelage : la propagande actuelle se réfère toujours au passé.

06/12/2010

L'archéologie hérétique

Entre ce que certains adeptes des religions monothéistes nous content des origines de l'espèce humaine (créationnisme fixiste ou par "dessein intelligent") et ce que prétend mieux nous en apprendre la "science" officielle (transformisme, puis théorie de l'évolution), où est la vérité ?

On peut se poser la même question, quant à la validité de ce que nous devrions logiquement accepter comme conclusions pratiques de l'une ou l'autre de ces théories ; car ce ne sont que des théories : les preuves manquent, comme vous pourrez le constater ici.

Conclusions, qui présentent de troublantes similitudes, au point qu'on peut se demander si la "science" moderne n'est pas, en grande partie, une laïcisation matérialiste du monothéisme.

Dans le cas du créationnisme : mythe du Salut, vision linéaire de l'Histoire, moralisme (individuel et social) ou déterminisme (prédestination).

Dans le cas de la "science" : mythe du Progrès, vision linéaire de l'Histoire, darwinisme social (toujours en vigueur dans les hautes sphères de nos chères élites) ou utilitarisme.

Partout, l'idée selon laquelle demain sera meilleur qu'hier ; que le bonheur n'est pas ici mais dans l'avenir ou, en tout cas, ailleurs ; que le passé est à rejeter comme obscurantiste et sous-développé.

Même si le documentaire qui suit n'est qu'un résumé très peu détaillé, il est, quant à lui, fondé sur des faits.

Il peut, en sapant les bases des théories créationnistes et évolutionnistes, conduire à mettre également en doute la validité de leurs implications pratiques.

24/11/2010

Si rivolta e si ribella

A Charles, mon ami.

Canta u Populu Corsu

"Sintineddi"

Tali un ochju lampatu à u mare latinu
O una mani porsa à l'imperi à liventi
Un sognu maladettu d'eternu scarpiddinu
O una chjama antica chi più nimu n'ùn senti

Tali i voci chi funu da culandi à l'ora
E li visi di petra chi dissinu di nò
Quidda sumiglia strana chi ùn si volsi mora
E l'idea chi tandu tuttu quì principiò

Tali a mani chi vensi in tempu d'ancu à fà
E vi feci d'altura cù quiddu arti supranu
Un era ancu lu mondu é n'erati digià
Guardiani impitrati di u ricordu umanu

Tali l'abbracciu primu chi u silenziu vi deti
E li sapienzi arcani cù li so canti immersi
Di ciò chì ùn hè storia tiniti li sicreti
Tali una citatella chi a mimoria persi

menhir-filitosa.jpg

Filitosa

10/11/2010

Radiographie de l'anglosphère, par Michel Drac

Emission Méridien Zéro du 7 novembre 2010, sur RBN France (durée : 1 heure).

Thème : "Choc et simulacre", ouvrage collectif disponible ici.


podcast

obama-brzezinski.jpg

Source : Méridien Zéro


01/11/2010

Toussaint

18:56 Écrit par Boreas dans Histoire | Lien permanent | Tags : toussaint, morts, france |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

29/10/2010

Grandeur du classicisme

Karl Böhm, probablement le plus grand chef d'orchestre germanique du XXe siècle, à la baguette du célèbre Philharmonique de Vienne, pour l'immortel Requiem de Mozart.

Incomparable puissance d'évocation d'un monde disparu, appelé à renaître au petit matin, quand nous, les éboueurs de la vulgarité moderne, aurons mis à la benne les moisissures qui le recouvrent.

Extrait :