Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/09/2013

Pognon aliénation

DSK%20New%20York%202011.jpg

Eh oui, je sais, c'est moche

 

« L’argent est le dieu jaloux d’Israël devant qui nul autre dieu ne doit subsister. L’argent abaisse tous les dieux de l’homme et les change en marchandise. L’argent est la valeur générale et constituée en soi de toutes choses. C'est pour cette raison qu'elle a dépouillé de leur valeur propre le monde entier, le monde des hommes ainsi que la nature. L'argent, c'est l'essence séparée de l'homme, de son travail, de son existence ; et cette essence étrangère le domine et il l'adore. »

Karl Marx, La question juive (1843)ici, p. 30

02/09/2013

La face cachée des vaccins

 

(Entretien avec le Docteur Marc Vercoutère, 2009)

26/08/2013

L'inégalité du partage des richesses mondiales

20:41 Écrit par Boreas dans Crise, Economie, Géopolitique | Lien permanent | Tags : inégalités, richesses, partage, monde |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

24/08/2013

Le populisme, voilà l'ennemi

Profanation%20monument%20aux%20morts%20Levallois%20Perret%20avril%202013.jpg

Autographe de BHL

 

« (...) Le mot a mauvaise presse. L’anathème est agité par tous les vents et tous les camps. Injure de confort à défaut de contours. Procédons à un bref tour d’horizon.

Bernard-Henri Lévy se plait à cibler, au gré des articles qu’il répand, "tous les populismes", le "populisme le plus crasse" et les "populismes plus ou moins fascisants". Daniel Cohn-Bendit le pourfend en tant qu’"articulation politique du rejet". Caroline Fourest redoute "la montée d’un populisme raciste" et François Baroin, ancien ministre UMP, accuse le PS de recourir à "cette espèce de populisme" dès lors qu’il appelle à manifester dans les rues. Alain Minc s’inquiète de le voir "progresse[r] dans toutes les sociétés". Houria Bouteldja dénonce les "inclinaisons nationales-populistes" de la gauche française. Henri Guaino se soucie pour sa part de la "grande vague de populisme" s’abattant sur les ministres lors de l’affaire Bettencourt et l’homme d’affaires Charles Beigbeder en accuse Éva Joly lorsqu’elle incrimine les profits de la BNP… N’en jetez plus !

À trop dire, le mot ne dit plus rien. À moins qu’il ne dise qu’une seule et même chose ? De droite à gauche, des "modérés" aux "radicaux", des laïcs aux religieux : le mépris du peuple. L’Histoire, nul ne l’oublie, est consignée par les gagnants et le langage tient dans la main des dominants. Les oligarques opèrent les termes qui pourraient affecter leurs privilèges. Les cyniques grecs, par trop subversifs, devinrent ainsi les cyniques que l’on sait : méprisants, sarcastiques, éhontés et impudents. Le matérialisme passa de la critique de l’idéalisme philosophique à la soif de possessions sonnantes et trébuchantes. L’anarchie, étymologiquement hostile aux chefs et au pouvoir, fut instituée en synonyme de chaos… Au populisme, mouvement socialiste et antitsariste né en Russie, de devenir, sous les cris d’orfraie de la fine fleur intellectuelle et médiatique, l’une des modalités de la démagogie ou, pis, l’un des énoncés du fascisme. (...) »

Source (N.B. : l'article est intéressant dans son intégralité)

14/08/2013

Avant-goût

Radio Télévision Suisse, émission Temps Présent du 11 octobre 2012 (trouvé sur Fortune, merci à eux)

10/08/2013

Les médias appartiennent au capital (énième confirmation)

Sujet déjà multi-abordé par ce blog, notamment ici.

Mais bien sûr, pour les libéraux soi-disant « conservateurs », le « capitalisme de connivence », c'est du communisme. L'idéologie libérale, même irréalisable, même archi-nocive à tous égards, doit être sauvegardée de tout déviationnisme concret. Schizophrénie de type URSS.

Que le système de domination soit, lui, de type soviéto-libéral est décidément une idée inaccessible aux droitards.

Notre chute vue par Soljénitsyne : racines et remèdes

Alexandre%20Solj%C3%A9nitsyne.jpg

 

« (...) Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l'Ouest aujourd'hui pour un observateur extérieur. Le monde occidental a perdu son courage civique, à la fois dans son ensemble et singulièrement, dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque pays, et bien sûr, aux Nations Unies. Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d'où l'impression que le courage a déserté la société toute entière. Bien sûr, il y a encore beaucoup de courage individuel mais ce ne sont pas ces gens là qui donnent sa direction à la vie de la société. Les fonctionnaires politiques et intellectuels manifestent ce déclin, cette faiblesse, cette irrésolution dans leurs actes, leurs discours et plus encore, dans les considérations théoriques qu'ils fournissent complaisamment pour prouver que cette manière d'agir, qui fonde la politique d'un Etat sur la lâcheté et la servilité, est pragmatique, rationnelle et justifiée, à quelque hauteur intellectuelle et même morale qu'on se place. Ce déclin du courage, qui semble aller ici ou là jusqu'à la perte de toute trace de virilité, se trouve souligné avec une ironie toute particulière dans les cas où les mêmes fonctionnaires sont pris d'un accès subit de vaillance et d'intransigeance, à l'égard de gouvernements sans force, de pays faibles que personne ne soutient ou de courants condamnés par tous et manifestement incapables de rendre un seul coup. Alors que leurs langues sèchent et que leurs mains se paralysent face aux gouvernements puissants et aux forces menaçantes, face aux agresseurs et à l'Internationale de la terreur. Faut-il rappeler que le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant coureur de la fin ?

Quand les Etats occidentaux modernes se sont formés, fut posé comme principe que les gouvernements avaient pour vocation de servir l'homme, et que la vie de l'homme était orientée vers la liberté et la recherche du bonheur (en témoigne la déclaration américaine d'Indépendance). Aujourd'hui, enfin, les décennies passées de progrès social et technique ont permis la réalisation de ces aspirations : un Etat assurant le bien-être général. Chaque citoyen s'est vu accorder la liberté tant désirée, et des biens matériels en quantité et en qualité propres à lui procurer, en théorie, un bonheur complet, mais un bonheur au sens appauvri du mot, tel qu'il a cours depuis ces mêmes décennies.

Au cours de cette évolution, cependant, un détail psychologique a été négligé : le désir permanent de posséder toujours plus et d'avoir une vie meilleure, et la lutte en ce sens, ont imprimé sur de nombreux visages à l'Ouest les marques de l'inquiétude et même de la dépression, bien qu'il soit courant de cacher soigneusement de tels sentiments. Cette compétition active et intense finit par dominer toute pensée humaine et n'ouvre pas le moins du monde la voie à la liberté du développement spirituel.

L'indépendance de l'individu à l'égard de nombreuses formes de pression étatique a été garantie ; la majorité des gens ont bénéficié du bien-être, à un niveau que leurs pères et leurs grands-pères n'auraient même pas imaginé ; il est devenu possible d'élever les jeunes gens selon ces idéaux, de les préparer et de les appeler à l'épanouissement physique, au bonheur, au loisir, à la possession de biens matériels, l'argent, les loisirs, vers une liberté quasi illimitée dans le choix des plaisirs. Pourquoi devrions-nous renoncer à tout cela ? Au nom de quoi devrait-on risquer sa précieuse existence pour défendre le bien commun, et tout spécialement dans le cas douteux où la sécurité de la nation aurait à être défendue dans un pays lointain ?

Même la biologie nous enseigne qu'un haut degré de confort n'est pas bon pour l'organisme. Aujourd'hui, le confort de la vie de la société occidentale commence à ôter son masque pernicieux.

Lire la suite

09/08/2013

Féodalité de la racaille

Adrien Abauzit sur Méridien Zéro, le 26 juillet 2013. Extrait trouvé sur le Scripto.

Fin de partie pour JP Morgan : un symbole

08/08/2013

L'impérialisme amerloque pour les nuls

Extrait du film Will Hunting (1997).