Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2014

Culture dissidente

Pas besoin d'être mélomane pour apprécier le haut apport qualitatif (et « subversif », cela va de soi) à la musique et à la poésie européennes, de ces révolutionnaires soralo-dieudophiles. Un goût très sûr et une intelligence à toute épreuve. :-)

Merci à @Rob pour ces joyaux musico-intellectuels qui, sans son sens acéré de l'ironie, seraient sans doute restés le privilège d'un milieu auquel nous autres de la France moisie ne saurions prétendre...

Double standard poutinien

Son%20nez%20fait%20le%20tour%20du%20monde.jpeg

 

Six mois avant de s'emparer militairement de la Crimée, le menteur pathologique du Kremlin avait, dans une lettre aux Américains du 11 septembre 2013 (dont j'avais parlé à l'époque où, comme bien d'autres, je croyais encore à la bonne foi du bonhomme), déclaré ce qui suit, au sujet de la Syrie :

« (...) Les fondateurs de l'Organisation des Nations Unies ont compris que les décisions concernant la guerre et la paix ne devaient se produire que par consensus, et avec le consentement de l'Amérique, le veto par les membres permanents du Conseil de sécurité a été inscrit dans la Charte des Nations Unies. La profonde sagesse de ce point a étayé la stabilité des relations internationales pendant des décennies.

Personne ne veut que l'Organisation des Nations Unies subisse le sort de la Société des Nations, qui s'est effondrée parce qu'il lui manquait un véritable levier. Cela serait possible si les pays influents contournent les Nations Unies et entreprennent une action militaire sans l'autorisation du Conseil de sécurité.

(...) Dès le début, la Russie a prôné un dialogue pacifique permettant aux Syriens d'élaborer un plan de compromis pour leur propre avenir. Nous ne protégeons pas le gouvernement syrien, mais le droit international. Nous devons utiliser le Conseil de sécurité des Nations Unies et croyons que la préservation de l'ordre public dans le monde complexe et turbulent d'aujourd'hui est l'une des rares façons d'empêcher les relations internationales de sombrer dans le chaos. La loi est toujours la loi, et nous devons la suivre que nous le voulions ou non. Selon le droit international actuel, la force n'est autorisé qu'en cas de légitime défense ou par la décision du Conseil de sécurité. Tout le reste est inacceptable en vertu de la Charte des Nations Unies et constituerait un acte d'agression.

(...) Nous devons cesser d'utiliser le langage de la force et reprendre le chemin du règlement diplomatique et politique civilisé. (...) »

Source

Je maudis ma naïveté de l'époque.

A ma décharge, combien de patriotes français sont-ils toujours dupes, à ce jour, de l'incurable baratineur guébiste et de ses méthodes parfaitement soviétoïdes ?

Histoire de l'Ukraine

Quatre émissions spéciales de la série « La fabrique de l'Histoire » sur France Culture, datant de début mars 2014.

1 - Indépendance et soviétisation (du XIXe siècle à 1918)

2 - La grande famine (années 1920-1930)

3 - La tourmente de la seconde guerre mondiale

4 - Post-soviétisme (de 1945 à nos jours)

00:30 Écrit par Boreas dans Crise, Géopolitique, Histoire, Identité | Lien permanent | Tags : ukraine |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

01/07/2014

« Dissident » mais pas trop

Laurent%20Louis%20supporter%20de%20l%27Alg%C3%A9rie.jpg

Une belle tête de vainqueur, non ? Ah ben non, finalement...

 

Avec les clowns de la « dissidence » autoproclamée, il y a décidément de quoi rire tous les jours...

Lors de l'hilarant et pitoyable « 1er Congrès de la Dissidence à Bruxelles », on a pu voir réunie une mémorable collection de zozos quenellistes, de pseudo-penseurs et de commerçants de la provocation inutile.

Réunie... et persécutée ! N'oublions surtout pas les persécutions d'une violence inouïe - interdiction de manifester, présence policière, canons à eau : un véritable génocide ! - dont vivent médiatiquement ces fiers guerriers de la petite bourgeoisie en révolte contre « l'Empire »...

Nouvelle blague belge : un des acteurs les plus ridicules de cette pauvre pantalonnade vient encore d'ajouter à son palmarès d'histrion, pourtant déjà bien fourni, quelques arguments d'une puissance irrésistible.

Lire la suite

29/06/2014

Henri Regnault voit juste

Nigel%20Farage%20chez%20Dupont-Aignan.jpg

Nigel Farage, ex-trader, libertarien, icône des souverainistes français, chez Nicolas Dupont-Aignan, ou l'escroquerie politique parfaite au bénéfice de Washington

 

Je vous recommande l'intéressant numéro 27 de la publication d'Henri Regnault : LA CRISE.

Le début :

« Ici, à LA CRISE, on n’aime ni les €phobes ni les €lâtres dont les arguments simplistes laissent à penser qu’ils prennent les enfants de l’euro (vous et moi, nous tous) pour des canards sauvages, c'est-à-dire pour des imbéciles ou des naïfs. On est pour la real€politik, celle qui fait de l’euro un outil d’autonomie monétaire de l’Europe mais refuse d’en faire un instrument de repentance des peuples au nom des erreurs passées, supposées ou réelles, de leurs dirigeants.

Les €lâtres sont accrochés à l’euro monnaie unique comme la vérole l’était, dit-on, au bas-clergé breton ! Ce faisant, ils dégoûtent toute l’Europe de cette monnaie unique, transformée en instrument de torture, car orpheline d’un fédéralisme fiscal qui seul pourrait lui donner les moyens de se déployer harmonieusement. Les €phobes, qu’ils viennent du national-populisme ou du social populisme, en voulant détruire l’euro, sont les meilleurs alliés de la suprématie déclinante du dollar : le plus succulent est que certains s’affichent comme des ennemis de l’impérialisme américain et que tous s’opposent au traité de libre-échange transatlantique... alors que, de facto, ils se situent dans le camp des factotums de Washington. De grâce, pour contenir le petit hégémon économique européen (l’Allemagne) ne nous jetons pas dans les bras du grand hégémon global (les Etats-Unis) ! (...) »

Prions pour l'Ukraine

Deux extraits, sous-titrés en anglais uniquement, hélas, d'un film (pas encore disponible) sur les événements de Maïdan :

« Faut y aller à la 12,7 ! »

(Trouvé sur l'excellent blog Le courrier de Underworld France)

Un discours bien plus sain, derrière son apparence provocatrice et violente, que le réconciliationnisme illusoire prôné par les soralo-dieudonnistes.

Un discours, surtout, largement partagé par le peuple français, qui veut la remigration. D'où le malentendu du FN (y compris dans l'esprit du vieil Algérien qui parle ici), parti assimilationniste surfant électoralement sur une tromperie qu'il entretient sciemment.

28/06/2014

La cause des peuples

A mes amis corses.

La cause insulaire rejoint la cause ukrainienne.

A bas les impérialismes.

Vive la liberté.

Business as usual

Commerce%20de%20la%20Russie%20avec%20l%27UE%20et%20les%20Etats-Unis.jpg

La Russie est le 20e partenaire commercial des Etats-Unis, alors que les Etats-Unis sont le 5e de la Russie. L'UE est le 1er partenaire commercial de la Russie, alors que la Russie est le 3e de l'UE. Echanges annuels en milliards de dollars. Source : CNN, 07 mai 2014.

 

« (...) il est profondément troublant de voir l'Association nationale des entreprises industrielles [américaines] et la Chambre de commerce des Etats-Unis mener une campagne avertissant les États-Unis de ne pas prendre des sanctions unilatérales contre la Russie parce que cela pourrait nuire aux intérêts économiques américains. Les deux organisations - de puissantes citadelles du capitalisme américain - soutiennent qu'il y a peu de chances que des sanctions autonomes permettent d'atteindre des objectifs relevant de la politique étrangère des Etats-Unis. Jay Timmons, président de l'association des entreprises industrielles, prétend qu'il serait préférable de fournir au monde des marchandises et des services grâce à "des politiques favorisant le commerce et de la diplomatie multilatérale". Ce sont de jolis mots, mais les associations économiques ont une vision à court terme.

Quand la Russie était troublée par l'incertitude et le changement dans les années 1990 et même dans les années 2000, il était judicieux de s'engager et l'engagement a fait beaucoup de bien. Mais quelque chose de fondamental a changé. M. Poutine a étouffé la démocratie, a forgé un modèle économique fondé sur le capitalisme de copinage et mis en oeuvre subterfuges et subversion contre l'Ukraine. Il est déplacé de suggérer que tout ira bien si seulement nous pouvons vendre à la Russie davantage d'avions et de baskets. Cela ne changera pas d'un iota le comportement de M. Poutine. (...) »

Source (extrait traduit par mes soins)

Bref, les Etats-Unis et surtout l'Europe ont largement les moyens de claquer le museau au gang de Poutine, ce que le ministre russe de l'Economie vient une nouvelle fois de confirmer officiellement.

Pourquoi ne le font-ils pas ? Tout simplement parce que les épiciers ont peur de voir un peu baisser leur chiffre d'affaires.

Pendant ce temps, des Ukrainiens meurent. Comme d'habitude, les marchands occidentaux n'en ont rien à foutre, préférant continuer de commercer avec la Russie.

Et après, la « dissidence » autoproclamée, cette bande de larbins du Kremlin, voudrait nous faire croire que ces mêmes marchands seraient derrière « les fascistes de Kiev »... Quelle sinistre farce !

27/06/2014

Aucune confiance dans les mots de Poutine

Poutine%20au%20KGB.jpg

Poutine au KGB

 

Que les partenaires soient russophones ou pas, le Kremlin et les Occidentaux n’utilisent pas les mêmes concepts pour dialoguer, une situation qui amplifie les quiproquos politiques et diplomatiques, beaucoup plus que linguistiques. Les commentateurs russes et ukrainiens effectuent quelques mises en garde et décryptages à l’usage de leurs homologues en mal de logique.

L’origine du casse-tête devant lequel nous nous trouvons, explique l’historien Iouri Felchtinskyi auteur de nombreux essais sur l’histoire russe et soviétique, viendrait entre autres de notre confiance exagérée dans les mots. « Nous croyons que les mots qui sortent de la bouche d’un chef d’Etat ont une valeur », et constituent, de sa part, un engagement. L’histoire récente en offre pourtant plusieurs exemples contraires. Ainsi V. Poutine a déclaré en 2005 que la Russie ne se livrerait pas à une révision des frontières et n’envahirait pas la Crimée. « Et nous avons pensé qu’il croyait ce qu’il disait. De même lorsque V. Poutine dit à Obama que la Russie souhaite faire partie du monde civilisé, B. Obama l’écoute et le suit ». Mais les mots pour les chefs de l’Etat russe ou américain n’ont pas le même but. « Le mot, explique l’historien, est pour Poutine une arme, une ruse de guerre. Il s’agit d’un procédé typique d’un homme du KGB : le mot est l’outil qui permet le recrutement des agents, un instrument qui sert à tromper l’ennemi. Pour nous, les mots sont porteurs d’informations, tandis que Poutine les manie comme des instruments de désinformation. »

Lire la suite