Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2010

Electroencéphalogramme plat

76-big-brother.jpg

La plupart des gens ne pensent pas.

Quand je dis : "la plupart", j'estime la proportion de ces anencéphales virtuels à environ 95% de la population.

Et quand je dis : "ne pensent pas", je dois généralement préciser : "par eux-mêmes", justement parce que l'auditeur... ne pense pas. En effet, comment prétendre penser, s'il s'agit juste de régurgitation d'un conditionnement par autrui ?

Bref, ils ne pensent pas.

Néanmoins, ils croient penser, bien sûr.

D'ailleurs, quand je dis qu'ils ne pensent pas, cela ne choque personne. Aucune manifestation de susceptibilité, parce que l'auditeur croit qu'il n'est pas concerné. Mais aussi parce qu'il s'en fout, de penser.

Pour lui, ce n'est pas une valeur.

Ce qui se passe, c'est que les gens ne sont pas là pour penser, mais juste pour engouffrer.

Engouffrer deux douzaines de concepts basiques que leurs parents, le système scolaire, les médias, l'entreprise qui les emploie, leur conjoint, leur déversent dans ce qui leur sert de système d'orientation au sein de la société, et puis c'est marre.

Après, dans n'importe quelle situation, suffit de remuer tout ça, comme dans un shaker - "agitez bien !" -, et la réponse juste, l'attitude juste, c'est à dire adaptée au grand foutage de gueule général, sort comme d'un distributeur automatique, rétribuée en intégration collective, en gratifications sociales variées, en grégarisme renforcé.

Le prêt-à-penser, c'est ça. Et vous pouvez l'appliquer à quasiment toutes les situations, ça marche.

Engouffrer, ce n'est donc pas tout, puisqu'il y a aussi régurgiter, pour obtenir autre chose à engouffrer.

Mais tout de même, engouffrer, c'est le principal, pour l'Homo festivus.

Parce que le but de la vie de ces 95 % de non-pensants, consiste essentiellement à jouir et donc, à capter, acquérir, prendre, dérober, voler, garder, conserver, thésauriser, consommer, posséder, manger, ingérer, absorber, se goinfrer, profiter, savourer, se délecter, se goberger ; bref, à s'en foutre plein la poire, à s'en faire péter la sous-ventrière, à être un imbécile heureux de son indigestion.

Oui, parce qu'à la fin :

"Il n’y a que le ver pour faire aussi bonne chère qu’un empereur. Nous engraissons toutes les autres créatures pour nous engraisser, et nous nous engraissons nous-mêmes pour les asticots... Roi bien gras et mendiant maigre, cela ne fait qu’un menu varié – deux plats, mais pour une seule table. Tout finit par là."

(William Shakespeare, Hamlet - Acte IV, scène III)

Or doncques, vous qui pensez ou tentez au moins de le faire, sachez qu'il est inutile de discuter littérature, philosophie, poésie, arts en général, ou d'un quelconque sujet intelligent, avec l'immense majorité des braves gens qui vous entourent.

Ils n'y entravent que dalle, ils n'en pipent pas une broque, ils sont bouchés à l'émeri, ils ont la cervelle barrée.

Mais surtout, gardez bien ça en tête, ils s'en tamponnent le coquillard, ils s'en balancent, ils s'en battent l'oeil avec une queue de sardine, ils s'en soucient comme d'une guigne.

Et pourquoi ?

Simplement parce que penser, d'abord ils n'ont aucune, mais alors absolument aucune idée de ce que ça peut bien vouloir dire, et ensuite et principalement, à leurs yeux, ça ne rapporte rien, que des ennuis.

Eux, leur truc, c'est tout ce que j'ai déjà dit (en engouffrer un max, etc.).

Ça peut aller de se taper un bon gueuleton à s'acheter fort cher une voiture moche et inutile, de débiner un collègue pour prendre sa place à pleurer de joie au mariage d'un rejeton, de regarder le dernier épisode de "Plus belle la vie" à se payer le dernier smartphone (je mets le lien Wikipédia, parce que les gens intelligents savent rarement ce que c'est, alors que les cons, toujours)...

Il y a une infinité de choses que ces gens-là aiment et veulent.

Le tout premier indice de ce qu'on est peut-être en train de commencer à penser, c'est de s'apercevoir qu'on n'aime ni ne veut quasiment rien de ce que eux, ils aiment et veulent.

Là commencent les emmerdements, parce que sortir du prêt-à-penser, du mode festivus festivus, du processus binaire bien-mal noir-blanc juste-injuste, de la tétralogie conjoint-bagnole-maison-enfants qui débouche sur l'idéal : "Une vie réussie"... c'est le plus grand sacrilège qui soit, le plus grand blasphème contre la religion jouisseuse des anencéphales et des gastéropodes à visage humain.

Le sens, plutôt que le profit ; le fond, plutôt que la forme ; la vérité, plutôt que le plaisir ; la connaissance, plutôt que le savoir ; voilà des aspirations que les déficitaires du bulbe, les bas du front, les étroits du bonnet et les nécessiteux du neurone ne vous pardonneront pas.

Non pas parce qu'ils seront jaloux de votre intelligence pour elle-même (bien qu'ils sentent parfois confusément que ça leur manque), mais parce qu'ils croiront que vous détenez quelque chose qui pourrait leur profiter ; pour briller en société, ou lever davantage de poules, ou monter des combines lucratives, par exemple.

Donc, ils vous créeront des emmerdes, pour voir s'ils ne pourraient pas vous prendre quelque chose ou, au moins, se prouver que, finalement, vous n'êtes que de la daube.

Par conséquent, si vous voulez vivre tranquille, passez plutôt pour un inoffensif original, pour un savant cosinus, pour un gentil fada.

Et puis, comme disait Courteline, "Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet."

Il aurait pu ajouter que, de toute façon, on n'a pas vraiment le choix.

C'est ça, ou rejoindre le troupeau, ce qui est impossible.

Apprendre à penser, c'est un voyage sans retour.

05/09/2010

"Plus humain que l'humain, telle est notre devise"

"Blade Runner", de Ridley Scott, 1982

Un chef-d'oeuvre visuel, doublé d'une réflexion sur la nature humaine.

 

 Vidéo 1 : une bande-annonce qui n'en est pas une

 

Vidéo 2 : la meilleure scène de ce film-culte, en VF, dans la version "director's cut" de 1992

 

Vidéo 3 : pour les passionnés, la même scène plus complète, en VO, dans la version "final cut" de 2007 (observez bien, là où s'envole la colombe, une différence, esthétiquement très importante)

 

Vidéo 4 : le générique et le début du film, version initiale et "director's cut". A couper le souffle.

 

Vidéo 5 : le générique, version "final cut", qui confirme les intentions du réalisateur.

 

04/09/2010

Pourquoi nous vivons...

...Ou plutôt, pourquoi ce que nous croyons être, feint de le savoir.

 

 J'entends déjà les décérébrés : "Pouah, quelle priiise de têêête !"

Comme quoi, ce sont bien ceux qui en ont le moins (de tête) qui en parlent le plus.

Dans l'Antiquité - vous savez, cette époque d'heroic fantasy où des mecs coiffés de casques à cimier trucidaient des hydres, et autres balivernes, pour on ne sait plus quelles raisons - ; dans l'Antiquité, au fronton des temples grecs, on pouvait lire :

"Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les dieux".

Dépassé, ça. Aujourd'hui, on se connaît, non ? Y a des psy pour aider, d'ailleurs.

Et, pour ce qui est de l'univers, des astronomes et même des astrophysiciens. C'est vous dire si on connaît.

Mais quant aux dieux... Faut arrêter, hein, c'est pour les enfants, ça.

Non, sérieux. Parole d'élites et d'Education Nationale (et pas de ce farceur d'André Prévot qui osait dire que "l'instruction consiste à faire d'un imbécile ignorant un imbécile instruit").

Vraiment, ça ne sert à rien, A NOTRE EPOQUE, on vous dit, EN 2010 ! De se poser des questions.

Des questions, non mais on vous demande un peu...

On sait tout, aujourd'hui ; d'ailleurs, la Terre est devenue toute petite, avec le progrès, la science et tout le bazar. A preuve, on en fait le tour en moins de temps qu'il n'en fallait à nos bouseux d'arrière-grands-parents pour aller de Montauban à Pithiviers.

Et on sait tout sur tout le monde. Par exemple, tenez, les Tibétains qui sont opprimés par les Chinois, on sait qu'ils vivent en altitude (sacrément haut, même), qu'ils sont bouddhistes, qu'ils s'habillent drôlement, y a qu'à voir le Dalaï Lama, et une foule d'autres choses. Vous croyez qu'on savait tout ça, dans le passé ? Que mamie Joséphine et papy Victurnien étaient au courant de tout ça ? Qu'ils avaient connaissance des galaxies et des supernovae ?

Nan, dans le temps, on vivait ignare et crasseux, comme des ploucs, dans un espace confiné, au milieu de superstitions invraisemblables, à cause de la trouille qu'on avait de tout ce qu'on ne savait pas. Histoires de sorts et de sorciers, de maléfices et de malédictions, loups-garous, clouage de chauves-souris aux portes des granges, etc. Beurk.

Et on arquait tout ce qu'on pouvait, juste pour pouvoir bouffer, esclavagé qu'on était par quelques richards à particule qui se prélassaient dans des châteaux et dilapidaient du pognon qu'ils ne gagnaient pas. Pour se consoler, on était obligé de se plier à tout un tas de bondieuseries.

Alors qu'aujourd'hui, libéralisme politique et économique, mâtinés de "modèle social", de culture et de technologie, se mettent en quatre pour nous apporter LE CONFORT et LE BONHEUR.

Symboliquement, nous sommes en pleine lumière, sacrebleu !

Des néons partout. Luna Park. La Voie Lactée. A se pâmer dans les éblouissements stroboscopiques. Orgasme du savoir et de l'intelligence.

Notamment, aux rayons cosmétiques et électroménager de votre supermarché préféré.

Là où, entre deux transhumances compulsives, le bétail pseudo-instruit et réputé pensant s'agglutine en ectoplasmes indistincts, pour copuler communier dans l'adoration de rassurants substituts d'âme.

 

Eclairé, notre monde l'est tellement que vous ne pouvez même pas regarder par terre sans qu'un vendeur surgi de nulle part ne vous propose un devis pour faire goudronner l'allée de votre supposé jardin, avec un financement sur trois ans à taux imbattable.

Savant, notre monde vous prouve sa maîtrise infinie de tout et de n'importe quoi, le soir à la télé, en vous décrivant finement la flore, la faune et les moeurs des habitants du Sulawesi occidental, après douze pubs pour du dentifrice et des téléphones et avant une émission de téléréalité permettant d'approfondir la psychologie des cons.

Aseptisé, notre monde l'est assez pour offrir à chacun une place pleinement désinfectée, récurée, nickel, pour une personnalité débarrassée de toute filiation, une place au soleil de ses fausses valeurs, dans l'enfer de ses besoins artificiels, toujours recréés, jamais satisfaits.

Dans cette haute civilisation, nous sommes là pour être renseignés, de manière à nous conduire toujours en consommateurs avisés et responsables et ainsi, participer pleinement à l'élévation globale du niveau de l'humanité (occidentale) - "Ouais, pasque si t'as pas de thune, mon pote, tu peux toujours aller t'élever ailleurs", me souffle un passant qui souhaite conserver l'anonymat.

Ainsi édifiés, fort logiquement puisque la raison nous gouverne, par cette incomparable et bienfaisante omniscience, que faisons-nous ?

Bah, nous achetons, bien sûr.

Et pas que des fringues et des bagnoles et des jeux vidéo et du soda et des voyages et des détergents et de la bouffe industrielle et d...

Non. Aussi de quoi tenir debout dans notre miroir et ne pas trop crever de trouille.

De quoi éviter que la baudruche et le gaz inconnu qui la gonfle, ce que nous appelons "moi" sans même nous être demandé ce qui nous a conditionnés à nous donner ce nom, ni moins encore si une telle identification se justifie ; de quoi éviter, donc, que notre image de nous-mêmes ne se volatilise.

De quoi échapper à la terreur, la vraie, celle qui pointe devant ce que nous savons pertinemment, au fond, être bien pire encore que l'ignorance de notre vraie nature : LA CONNAISSANCE DU NEANT DE CE QUE NOUS CROYONS ETRE. De ce néant tel qu'il est, peut-être, ou du moins, tel que notre matérialisme nous l'enseigne à chaque instant.

Alors, avoir pour être, nous achetons aussi la croyance à notre réalité et à notre importance.

Oh, pas principalement dans les supermarchés... Là, avec notre barbaque fouaillée par la pétoche, nous traînons notre vile hypocrisie, notre sale mauvaise foi, comme partout mais juste, en plus, avec le sentiment bien enfoui, généralement inconscient, d'aller au Temple de notre vraie religion, pour y faire des emplettes qui nous distrairont de notre angoisse.

Non, c'est partout et tout le temps, par tous les moyens, que nous achetons de quoi fuir et nous étourdir. Posséder, être possédé. Nous le vendons d'ailleurs aussi aux autres, tellement nous y croyons, tellement nous voulons y croire, tellement la Camarde nous guette et tellement nous n'avons aucune foi ni aucun feu, tellement nous sommes déjà morts.

gnothi.jpg

En vérité, si nous sommes quelque chose, nous sommes l'incarnation de la lâcheté. Ou du sommeil profond.

 

C'est pourquoi, il faut d'abord nous réveiller.

Ou plutôt, nous éveiller, parce que nous réveiller signifierait que nous n'avons pas toujours dormi et cela, nous n'en savons rien.

"Dès que leurs visages furent tournés vers le dehors, les hommes devinrent incapables de se voir eux-mêmes, et c'est notre grande infirmité. Ne pouvant nous voir, nous nous imaginons. Et chacun, se rêvant soi-même et rêvant les autres, reste seul derrière son visage. Pour se voir, il faut d'abord être vu, se voir vu. Or, il y a sûrement une possibilité pour l'homme de réapprendre à se voir, de se refaire un oeil intérieur. Mais le plus grave, et le plus étrange, c'est que nous avons peur, une peur panique, non pas tellement de nous voir nous-mêmes que d'être vus par nous-mêmes ; telle est notre absurdité fondamentale. Quelle est la cause de cette grande peur ? C'est peut-être le souvenir de la terrible opération chirurgicale que nos ancêtres ont subie quand ils furent coupés en deux ; mais alors, ce que nous devrions craindre le plus, c'est qu'en continuant à nous séparer de nous-mêmes par une brillante fantasmagorie, nous allions nous exposer à être encore une fois coupés en deux - et c'est ce qui arrive déjà. Si nous avons peur de nous voir, c'est bien parce qu'alors nous ne verrions pas grand-chose ; notre fantôme a peur d'être démasqué.

C'est par peur de cette horrible révélation que nous nous grimons et que nous grimaçons. Et notre tête, modeleuse de masques et conteuse d'histoires, au lieu de nous guider vers la vérité, est devenue notre machine à nous mentir." (René Daumal)

Si ce blog s'appelle "Vers la Révolution", ce n'est pas seulement parce que le théâtre d'ombres où nous errons en nous imaginant y jouer un rôle et y avoir des ennemis extérieurs à vaincre, donne une pièce dont nous sommes les héros (les zéros ?) et où une nouvelle élite doit remplacer les destructeurs du Beau, du Bon et du Vrai.

C'est, en premier lieu, pour la raison que cette pièce nécessite que la Révolution intervienne d'abord en chacun de ces héros.

Il n'est pas nécessaire qu'il s'agisse d'un bouleversement complet, immédiat et renversant.

Comme l'a dit Maître Eckhart :

"Dehors, il y a le vieil homme, l’homme terrestre, la personne extérieure, l’ennemi, le serviteur. A l’intérieur de nous tous, il y a l’autre personne, l’homme intérieur, que les Ecritures appellent l’homme nouveau , l’homme céleste, la personne jeune, l’ami, l’aristocrate."

Devenons d'abord un peu l'ami de cet ami.

Cessons de fuir, d'acheter tout ce qu'on nous vend et qu'en réalité, nous nous vendons à nous-mêmes, sous prétexte du monde alentour, pour nous distraire de l'ici et du maintenant.

Tournons-nous vers le grand livre de la nature, où tout est dit, y compris ce que nous sommes et deviendrons. Et paradoxalement, pour devenir "l'homme nouveau", inspirons-nous de notre Histoire et de nos traditions.

Un simple pas dans la bonne direction, et nous pourrions découvrir une étrange aptitude du changement intérieur à modifier l'apparence de toutes choses "extérieures". De subie, la pièce de théâtre pourrait devenir jouée.

Il n'y a pas de petit pas. Même le premier, qui seul coûterait, paraît-il.

Loin d'être facile ou romantique, cette simple réorientation demande, certes, un effort largement au-delà des capacités de la plupart des homoncules qui rampent sur la pente de leur prétendue existence.

Mais ce travail de toute une vie, n'est-il pas le seul qui vaille de vivre ?

De toute façon, ce n'est jamais la foule qui fait la Révolution, mais toujours et uniquement une élite.

Ça a déjà commencé.

En fait, c'est le jeu éternel. Ici et maintenant.

En route.

anglesvictoire01.jpg

Victoire