Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2014

Olivier Berruyer (les-crises.fr), désinformateur

Olivier%20Berruyer%20et%20les%20faits.jpg

« Les faits sont têtus » ? On ne le lui fait pas dire !

 

Tous les observateurs un peu au courant de la crise ukrainienne le savent depuis des mois, le sieur Berruyer, actuaire de son état et, accessoirement, plus ou moins « souverainiste », politiquement proche de vieilles barbes gauchistes comme Stéphane Hessel et Edgar Morin, comme géopolitologue autoproclamé (dans le cas de la Russie, il devient alors impérialiste), papillonnant sur BFMTV tout en se prétendant anti-système, relaie abondamment les médias d'Etat russes et surtout, les thèses du Kremlin.

Blogueur sans aucune compétence particulière en la matière (comme d'autres d'ailleurs, qui passent pourtant pour des autorités intellectuelles, tels Alain Soral, Philippe Grasset qui ne prend même plus la peine de lire ses sources, et même Alain de Benoist qui, vieillissant décidément mal, vient encore de pondre une ânerie sur le sujet), Berruyer se targue d'être rigoureux, informatif, et « de dénoncer la propagande à l’oeuvre dans NOS médias financée par NOTRE argent ».

Au sujet de l'Ukraine, ses crédules lecteurs, appelés à faire des dons financiers à une association parallèle à son blog, sont donc littéralement bombardés, depuis six bons mois, de citations, références, diagrammes, schémas, cartes, etc., qui donnent à ses opinions une apparence de sérieux et de crédibilité.

Les dogmes prétendument étayés par ce déluge de données, dont une partie est certes parfois exacte, ne peuvent évidemment être réfutés aisément, de manière symétrique. Il faudrait y consacrer de longues analyses. Quasiment personne ne dispose du temps et de l'énergie nécessaires pour dégonfler cette baudruche idéologique qui, par ailleurs, n'est pas le centre du monde...

Et pourtant, comme souvent, c'est de l'intérieur qu'est venue le dynamitage. Un autre blogueur, autrement plus digne d'estime quant à la qualité de ses analyses et notamment, de la vérification de ses sources, s'est aperçu, après un temps de collaboration avec Berruyer, de la désinformation dont celui-ci se rend coupable.

Il a présenté ses critiques dans un premier billet, puis un second, qui permettent de mesurer la somme de travail et d'application nécessaires à la réfutation de pareilles falsifications. Il annonce, d'ailleurs, si je comprends bien, une suite.

S'il y a bien une leçon à tirer de cette histoire, c'est que penser par soi-même représente un effort considérable, une lutte continuelle contre le penchant naturel des êtres humains à se fier aux apparences, à être suivistes par paresse et goût du confort. Et que, par conséquent, seul le courage est récompensé - même si la récompense ne consiste, le plus fréquemment, qu'en une compréhension source d'amertume ; mais c'est une autre histoire...

07:01 Écrit par Boreas dans Crise, Géopolitique, Propagande, Psychologie | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : ukraine, russie, désinformation, olivier berruyer, les-crises.fr | | |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Je vomis ce type. C'est un usurpateur et un collabo. Quand un mec me dit qu'il lutte contre le système qui nous accable par sa désinformation, alors même que ce type se présente en costard à pochette et va à la soupe sur les chaînes d'info en continu, y a comme un problème.

Regarde Boreas, sur Fortune, où des gens plutôt intelligents ont pris pour argent comptant le photomontage destiné à BHL. Ça me sidère cette crédulité. Et ces mêmes gens se jettent dans la gueule de ce bouffon. Ça fait smart d'être à contre-courant des mainstream, mais finalement, 98% sont au moins aussi cons que le troupeau, en gobant sans réfléchir la propagande du camp d'en face.

Voilà ce que j'ai écrit sur le blog d'Onubre, auteur des 2billets qui démonte le système Beru. Au demeurant, j'ai remarqué qu'une certaine censure s'exerce sur le site du boutiquier, ce que certains commentaires qui passent entre les mailles du filet d'un modo présent de façon BÉNÉVOLE tendent à confirmer! Alors même que ce bouffon en appelle aux dons pour faire tourner sa boutique! Pitoyable et pathétique.

"Bonjour,

Merci pour ce billet très instructif que la méthode OB. Je n'en pensais pas moins avant de vous lire!!

Voilà plus de 6 mois que ce type crache sur l'Ukraine quotidiennement, voyant des nazis partout. La dernière élection présidentielle contredisant son analyse grossière, il s'est enfoncé en affirmant que le parti Baktivichina (qui a déjà été au pouvoir de façon locale et nationale) est nazi!!! Belle pirouette lui permettant d'annoncer que 25% des ukrainiens votaient pour des partis ouvertement nazis!!

C'est une méthode que je trouve abjecte. Ce Mr n'a jamais mis les pieds en Ukraine, et se permet de passer pour un spécialiste du sujet. Pour moi, c'est juste un usurpateur. Son traitement du MH17 est une insulte faite à l'intelligence.
Question sources, je le vois reprendre servilement des sources tel que le saker, ria Novosti, ou ITar-tass. C'est un peu comme si, pour étayer mon propos, je prends comme source EuroMaïdan Press ou Fox News, je passerais pour ridicule, à raison.

Je ne sais pas ce qui est le plus navrant dans son blog, ces pseudo-analyses, ou les commentaires des lecteurs... Je l'ai entendu une fois à la radio dire qu'il n'avait pas d'accointances particulière avec la Russie... Ah bon!!!

À ceux qui parlent de WWIII: ne renversons pas les rôles. L'entité qui masse des milliers de soldats à la frontière, qui viole la souveraineté territoriale, ce n'est ni l'UE, ni l'OTAN. Que chacun ait fait des erreurs pour en arriver là c'est un fait, mais ce que ce monsieur fait là, non content de papillonner dans quelques médias (alors qu'ils les dénoncent, on est pas à une contradiction près!) et d'en appeler à la générosité (oserai-je dire crédulité?) de ses lecteurs, et bien, ce que monsieur fait là, c'est de la manipulation.

Toutefois, de façon cynique, il a bien raison: des gens y croient, sa boutique est "florissante" et, consécration de tout: il passe à la télé...

Écrit par : tarkan | 15/08/2014

Attention tout de même à ne pas être excessif dans l'autre sens.
Les Etats-Unis sont à ce jour le seul Etat qui ait été à la fois condamné par la Cour Internationale de Justice et qui se soit opposé à une résolution ONU réclamant... le respect du droit international (Nicaragua 1986).
A contrario, dans le cas Georgie vs Russie, la CIJ s'est déclarée incompétente (2011) au motif du non respect de son article 22 par la Georgie, ce qui peut signifier un précédent pour la Crimée, voire pour le Donbass...
De toute façon, la souveraineté territoriale ou le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes sont utilisés soit par les uns soit par les autres selon la situation géopolitique.

Écrit par : Patrice | 03/11/2014

Allain Jules, Chauprade, Berruyer, Benajam et toute la clique... Un mélange repoussant d'impérialisme, de soviétisme, de nationalisme et de mensonges. Le fait de voir autant de personnes suivre comme des moutons leurs billets m'attriste profondément. Ce serait bien que Fdesouche prenne enfin partie sur cette question Ukraine, histoire de sauver une partie des patriotes de la trahison chaupradienne.

Écrit par : alter38 | 15/08/2014

Le plus drôle, c'est que les guignols de la "dissidence" autoproclamée traitent maintenant Chauprade de traître, parce qu'il vient de se fendre d'un article pas assez "antisioniste" à leur goût :

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Trahison-27245

http://www.panamza.com/120814-fn-israel-chauprade

LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL !!!

Écrit par : Boreas | 15/08/2014

Le FN est empêtré dans ses contradictions à l'international, ce qui fera de lui encore pour longtemps un parti d'opposition, rien de plus.

Entre la vieille garde à l'antisémitisme suranné et la jeune génération plus prompte à soutenir un sionisme "rempart" devant l'islam et une immigration de barbus en babouche, difficile d'adopter une position commune. Le silence de ses dirigeants est un échec en soi.

Et l'affaire du MH17, ça la fout mal avec l'allié néerlandais Wilders alors même qu'ils prônent tous un collaborationnisme ouvert et servile avec le Kremlin.

Le monde réel, c'est autre chose que la propriété de St Cloud de papa avec son petit personnel qui marche à la baguette...

Écrit par : tarkan | 16/08/2014

Au fait, je viens de lire l'article de Grasset. C'est grave, je ne le connaissais pas avant, mais là, c'est du caniveau bien bas... Surtout que j'ai relayé ici même cet article du NST démontant ainsi la propagande russe!! On voit où il va puiser l'info maintenant, c'est clair!!

C'est un véritable naufrage... Quelle crédibilité lui accorder maintenant?

Écrit par : tarkan | 15/08/2014

C'est clair que relayer une information du World Socialist Web Site (!) n'indique pas une crédibilité élevée. Mais bon, je suis un poussin dans tout ce microcosme néo-soviétique. Je préfère m'atteler à des sujets dont j'ai un tant soit peu de maîtrise. De toutes façons, il s'agit d'édifier notre propre information désormais, les pontes de la dissidence, c'est fini (c'était déjà très peu le cas) pour moi!

Écrit par : Erone | 15/08/2014

Concernant les inexactitudes, erreurs factuelles et lectures décalées qu'on peut trouver sur le blog de Berruyer, j'invite tout le monde (et, en particulier, @Symmaque, @Lothaire, @Denys, @Carine, @Erone, @Tarkan et @Thomas R.) à me les faire remonter ici dans les commentaires.

Les éléments recueillis seront utilisés à bon escient, faites-moi confiance. ;-)

Écrit par : Boreas | 17/08/2014

Je me permets d'insister sur ce message de Boreas.

Ce type devient insupportable par sa désinformation quotidienne et le fait qu'il crache sur l'Ukraine non moins quotidiennement.

Écrit par : tarkan | 17/08/2014

Merci pour cet excellent texte. La propagande russe a tellement inondé le web français que l'on pourrait sombrer dans le pessimisme ou l'indifférence. Mais lorsque je vois des sites comme celui de Boréas ou de Symmaque, si clairvoyants, je me dis que tout n'est pas perdu.
Je remarque que tous les penseurs qui ne soutenaient pas le système Poutine ont disparu des "grands" sites de la mouvance. C'est le cas, par exemple de Pascal Lassale :
- Mars2014. Faut-il se garder d'une Russophilie excessive ? http://www.europemaxima.com/?p=1002
- Avril2014. Quand la Russie s'approprie l'Ukraine : http://fr.novopress.info/157420/russie-sapproprie-historiquement-lukraine-pascal-lassalle/
Depuis, plus rien...

Écrit par : Thomas R | 18/08/2014

Le site internet de Berruyer est en effet truffé de mensonges. Il applique les méthodes de son maître, très bien décrites dans le livre d'Antoine Arjakovsky : par exemple : inondation d'informations fausses parfois mélangées à des informations exactes (ce qui sème le doute en permanence) ; ces "informations" si elles ne sont pas démenties sont jugées peut-être justes par l'individu lambda. Or devant la masse "d'informations", il est impossible de tout vérifier. Ma méthode est de ne jamais rien lire des sites ouvertement pro-russes.
Mais je vais donner un exemple.
La Crimée.
Le site de Berruyer affirme, en s'appuyant sur Sergueï Khrouchtchev (qui n'est historien...) , dans son introduction que "la Crimée n’a jamais fait partie de l’Ukraine pour des raisons autres que bureaucratiques. En réalité cette terre est russe depuis des siècles" : voir ici : http://www.les-crises.fr/reprise-de-qui-la-crimee-est-elle-le-pays-par-sergei-khrouchtchev/

Or, Antoine Arjakovsky, Docteur en Histoire, écrit dans son livre Russie-Ukraine :
"La Crimée n'est devenue une colonie Russe qu'entre la fin des années 1850 et 1922.
(...)
Le 19 février 1954, en pleine période de décolonisation dans le monde, Nikita Krouchtchev ne fit que rendre à l'Ukraine son bien en intégrant l'oblast de Crimée à la République socialiste soviétique d'Ukraine.
En 1991, la population de Crimée a confirmé par référendum son attachement à la République d'Ukraine."
(...)
"La Crimée a appartenu à la Russie moins de 80 ans, au cours de son histoire".

Je ne cite que ces courts extraits, mais on pourrait rien qu'à partir du livre d'A. Arjakovsky réfuter la quasi totalité du site de Berruyer.

Écrit par : Thomas R | 18/08/2014

Thomas R

Je serais prêt à parier que les sites/guignols "dissidents" autoproclamés (ER, les-crises.fr, Zero Hedge, Brother Nathanael, StormCloudsGathering, GlobalResearch, Meyssan etc) sont financés, du moins en partie, par le Kremlin.

Cela ne fait, à mes yeux, aucun doute pour au moins deux raisons:

1) Ce serait parfaitement typique du modus operandi soviétique (voir les PDFs dans un de mes commentaires précédents).

2) Absolument tous les sites/guignols "dissidents" autoproclamés font l'éloge de Poutine...Du matin au soir, 7 jours sur 7, peu importe le sujet... Pourquoi Poutine ? Pourquoi ne feraient ils pas l'éloge de la Chine par exemple (beaucoup plus puissante et indépendante que la Russie) ?

PS: En parlant de guignols... http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/11038730/French-politician-defends-plan-for-Crimean-theme-park.html

Un certain "patriote" "gaulliste" "français", qui se rend en Crimée pour construire un parc d'attraction célébrant la défaite de Napoléon. Y'a pas un p'tit problème là ?

Écrit par : Omen | 19/08/2014

Omen,
Concernant le financement des "amis", c'est assez probable en effet : c'est un système mafieux, et c'est ce système qui existait aussi dans la glorieuse URSS.
Une enquête journalistique serait très intéressante sur la question.
Pour le site les-crises, c'est difficile à dire. Je sais qu'il y a eu beaucoup de "pub" (en fait, un lien collé dans les commentaires) pour ce site sur tous les forums de tous les "grands journaux" en ligne (Le Figaro, Libé, Le Nouvel Obs, Le Monde, L'Expres, Le Point....) : cela a dû ramener du monde sur son site... Et maintenant, il vend son bouquin farfelu : pas tout à fait désintéressé, le sieur Berruyer... mais le bouquin en question passera aux oubliettes dès la crise terminée (il ne faut pas trop compter pouvoir le revendre).
Le site ProRussiaTV était bien sûr financé par la Russie ; c'est pourquoi il a fermé, j'en suis quasiment sûr... Mais les gens qui étaient sur ce site, on les retrouve dans des sites comme Réalpolitik (Xavier Moreau par exemple, qui lui aussi vend des bouquins) , site fondé par l'agité du bocal Chauprade...

Je vais donner un chiffre global concernant les sommes investies par la Russie pour sa propagande. Ce chiffre est issu de l'excellent livre d' Arjakovsky, que que j'ai déjà cité :
§L La Puissance de la propagande russe, page 61 :
La Russie dépense, en 2014, 721 millions de dollars pour sa propagande sur les chaînes TV nationales + 202 millions de dollars pour d'autres chaînes comme NTV ou Pervi Kanal + 86.7 millions de dollars pour RIA Novosti + 396 millions de dollars ses rédactions en anglais, arabe et espagnol.
(...)
Un reportage de Ukrainska Pravda a mis à jour l'existence d'un réseau de bloggers du Kremlin payés 24 euros par jour pour inonder de messages les réseaux sociaux et former ainsi l'opinion publique

Écrit par : Thomas R | 20/08/2014

Berruyer, un entrepreneur de notoriété:

http://criseusa.blog.lemonde.fr/2014/09/30/dun-entrepreneur-de-notoriete-au-sujet-des-derives-du-blog-dolivier-berruyer-1ere-partie/

"si OB se moque de toutes les causes, il en est une qu’il ne néglige jamais : la sienne."

(...)

"Aussi ne reprochons-nous pas à OB d’être un opportuniste, un menteur ou un type intrinsèquement malhonnête. Il est tout cela parce que son projet contient un moment d’aliénation caractéristique : devenir visible à tout prix, c’est-à-dire à n’importe quel prix.."

Écrit par : tarkan | 30/09/2014

Oh la vache ! Lol !

Béru haché menu... :-)

Écrit par : Boreas | 30/09/2014

Je pense qu'il faudra désormais compter Robert Steuckers au nombre des idiots utiles du néo-soviétisme ; la Nouvelle Revue d'histoire l'y rejoindra vraisemblablement dans très peu de temps.
Suite à ma conversation avec Boréas concernant Steuckers, j'ai commencé à lire plus scrupuleusement ses anciennes contributions à la "connaissance" géopolitique. J'y ai malheureusement constaté de nombreuses entorses à la réalité qui m'avaient jusqu'alors échappées, en plus de sources bibliographiques plus que douteuses, ces sources nombreuses et étayées qui faisaient à mes yeux l'originalité et la force de Steuckers.
Si le but, la désaméricanisation des esprits européens, était louable et même fondamentale, force est de constater qu'il a lui aussi utilisé les pires méthodes pour tenter d'y parvenir, sans résultat autre que son propre discrédit qui rejoint celui d'une majorité des intellectuels "dissidents".
De mon côté, je ne me suis pas opposé aux mensonges des dirigeants partitocratiques de mon pays pour m'embourber dans ceux d'individus aux intérêts bien plus contraires aux miens, comme je le constate depuis quelques mois ...

Pêchés véniels, me dira-t-on puisque le but de Steuckers était de susciter une émulation européenne pour la libération politique et morale de notre continent par une élite qu'il pensait alors pouvoir former dans son "école des cadres".
Quoique je m'égare peut-être : si j'ai suivi les enseignements de Steuckers à cette époque, c'est peut-être parce que ces entorses à la réalité n'existaient pas encore : son pro-russisme n'a commencé à devenir prégnant qu'à partir de 2003 au fur et à mesure qu'il perdait son influence - aussi relative fut-elle - en Europe "carolingienne", d'après mes souvenirs ...

Je me retenais à l'espoir que Robert Steuckers s'était rendu compte de la monstrueuse manipulation dont il avait été comme bien d'autres la victime par ses contacts réitérés avec des personnalités russes bien moins libres d'esprit et d'action qu'on ne l'a pensé.

J'avais jusqu'à hier l'espoir qu'il s'était réfugié dans la voie du silence pour faire oublier celle de sa compromission passée avec ces gens qu'il faut enfin considérer pour ce qu'ils sont, des fonctionnaires missionnés de l'état russe néo-soviétique.

Las, sa dernière contribution sur son blog personnel a définitivement anéanti la confiance que je lui portais. Il a désormais franchi le pas et choisi de s'enfoncer dans le collaborationnisme anti-européen en persistant dans son refus d'analyser le monde tel qu'il est et non pas tel qu'il voudrait qu'il soit ...

Deux passages particulièrement éloquents :
1. Concernant l'état actuel du monde, il ose parler de "russophobie anachronique" face à l'attitude, la seule qui reste saine en Europe, de la Pologne et des Pays baltes, anciennes victimes de la barbarie soviétique et futures proies des prétentions poutiniennes.
Ce déni du réel après une guerre de conquête et l'assassinat de plus de 4000 Européens - restera pour moi définitivement impardonnable :

Nous avons eu le tort d'oublier pendant 20 ans que l'infrastructure soviétique est restée intacte en Russie, qu'il n'y a jamais eu la moindre lustration des criminels d'états qui ont asservi la moitié de l'Europe pendant 45 ans et que les réformes à l'arrache menées par Gaïdar ont triplement manqué leur but en se retournant même contre leur instigateur jusqu'à trahir ses intentions (il faudrait un jour se pencher sérieusement sur cet épisode peu connu de l'histoire économique russe, notamment pour ne pas le laisser éternellement soumis à l'interprétation des désinformateurs néo-soviétiques).

Beaucoup d'entre nous ont été plus ou moins profondément intoxiqués par la désinformation néo-soviétique qui a commencé a opérer vraisemblablement à partir de 1999.
Il est vrai que nous avions alors baissé notre garde face aux bombardements de la Serbie que nous jugions criminels, oubliant un peu vite que le sang sur les mains du tyran Milosevic était encore frais ...
Nous avions quasiment fait passer par profits et pertes la mort de près de 200 000 autres Européens en acceptant implicitement le principe d'absolution de la Serbie ...
De mon côté, mon anti-américanisme avait fini par devenir quelque peu obsessionnel jusqu'à m'inciter à penser qu'un retour aux affaires ukrainiennes d'un Ianoukovitch allié aux communistes pouvait être considéré comme un moindre mal face à ce que je me laissais convaincre être des menées américanistes en Europe orientale.

Alors, il n'est pas étonnant que certains aient pu croire que nous ne nous formaliserions pas pour 4000 assassinats supplémentaires pour nous livrer corps et âme au néo-soviétisme, communiant ensemble avec le Patriarche orthodoxe du FSB sous une statue de Lénine puisque l'enjeu était tout de même de voir au journal de 20 heures quelques péquenots russes déguisés en cosaques bousculer une dizaine de pédés et frapper des femmes impudiques à coup de knouts ...
Sommes nous vraiment tombés si bas aussi facilement ?

Quelle folie que d'avoir trop rapidement remisé l'anti-communisme aux poubelles de l'histoire alors que le communisme vivait encore. Quel aveuglément que de ne pas voir que les nombreuses tentatives internétiques de réhabilitation de ce communisme n'était pas du tout un folklore de vieillards nostalgiques mais véritablement l'acte délibéré et concerté d'un état soviétique gravement blessé mais nullement moribond !

Le sacrifice moral de plusieurs millions d'Européens afin que ce que je croyais être l'Amérique ne triompha point ...
Eh oui, moi aussi j'ai eu recours un jours à la fantasmagorique CIA pour combler mon déficit de connaissances de l'histoire des nations centre-européennes.

Cela à l'époque même où je menais une lutte acharnée sur internet contre la non-pensée dominante au sein de la "dissidence" française, le fameux débilo-complotisme, ne m'apercevant pas même de l'évidence , à savoir que l'essentiel de ces foutaises avaient essentiellement pour origine la désinformation néo-soviétique, réalité contre laquelle je me serais insurgé à l'époque jusqu'à nier sa réalité.

Je me pose aujourd'hui encore la question de savoir si j'aurais encore soutenu aujourd'hui la Russie, comme je l'avais fait en 2008 si elle avait attaqué l'Asie centrale au lieu de l'Europe ...
Même si ma prise de conscience de la réalité néo-soviétique à l'œuvre dans l'est de l'Europe commençait à se faire depuis 2010, elle était encore incomplète ...

Autre question : Mon fourvoiement était-il dû à une influence steuckerienne lui-même sous influence néo-soviétique ? Je le crains fort aujourd'hui.

2. Toujours les mêmes manquements et distorsions face à la réalité.
Un seul exemple mais le texte en est truffé d'autres plus ou moins graves ;
Le passage concernant l'espionnage industriel par les services secrets britanniques pourrait être convaincant s'il n'omettait la principale information : face au scandale des révélations faites par Wikileaks et Snowden de l'infiltration des opérateurs Télécom par lesdits services secrets britanniques, le gouvernement allemand a révélé qu'elle a été menée conjointement avec le BND, les services secrets nationaux, ce dont Steuckers omet bien évidemment de parler puisque cette réalité dessert sa "démonstration".

Dès lors, il apparaît invraisemblable que cette infiltration concerne un espionnage des ingénieurs allemands comme il le prétend. A moins de prouver que le BND travaille spécifiquement à saper l'économie allemande, il faut dès lors considérer que cette affaire se situe à un autre niveau que celle "révélée" par Steuckers.
Bien sûr, je ne nierais pas que l'espionnage industriel entre "alliés militaires" est une réalité. Il faudrait être le dernier des crétins pour passer sous silence la réalité d'une guerre économique constante entre ceux qui restent des concurrents acharnés. Nous ne sommes pas non plus assez naïfs pour nous empêcher de comprendre que nous n'avons rien à attendre de ces concurrents économiques et que les méthodes utilisées confinent souvent à la plus parfaite malhonnêteté.
De cela, Steuckers avait aussi parlé avec raison et l'essentiel de son travail reste pertinent. Néanmoins, ses constantes petites touches de manquements à la réalité et ses inventions pures et simples qui parsèment ses dernières interventions publiques n'en sont pas moins un acte grave et plus grave encore, sa persistance dans l'erreur "eurasiste", surtout à cette heure de crise majeure.
Il était l'un de moins compromis jusqu'à ces derniers jours. C'était apparemment pour mieux imploser dans son discrédit.

3. Je ne parlerais même pas de sa prochaine conférence sur l'idéologie "eurasiste", idéologie depuis toujours mensongère et aujourd'hui définitivement discréditée. Néanmoins la liste des intervenants est éloquente :

Voir son nom accolé à celui de Laurent James suffira amplement à comprendre qu'il n'y a désormais plus rien à attendre de Robert Steuckers en matière de prospective géopolitique.

Un autre des participants est Constantin Parvulesco. j'avais déjà parlé sur ce blog de celui qui est vraisemblablement son père. Lui aussi finit aveuglé par la propagande poutinienne à la fin de sa vie.
Le fils semble être un touche à tout éclectique qui disserte sur divers sujets mais quelques critiques glanées ça et là sur internet laissent à penser qu'il n'en maîtrise véritablement aucun ...
Il y a un deux autres noms, des pseudonymes évidemment à moins qu'il ne s'agisse que d'un seul nom posé sur deux ligne :
Ghandarian N Pendragon.
On peut déjà craindre le pire !
Un nouvel illuminé qui se prend pour un géopoliticien prophétique ou un anonyme envoyé du kremlin, où peut-être même les deux à la fois tant l'idéologie néo-soviétique de la mafia Poutine ne cherche même plus à faire dans la subtilité, soit qu'il estime sa cause déjà perdue en Europe, soit qu'il ait un tel mépris pour ses disciples locaux qu'il se moque ouvertement d'eux ...

Distorsion délibérée de la réalité sur les agissements des Etats-Unis à travers le monde.
Rapports biaisés et spécieux sur les relations euro-américaines.
Déficit d'information sur la réalité géopolitique de l'Europe centrale
Désinformation sous influence des menées néo-soviétiques de la Russie.

Je ne pensais pas devoir l'écrire un jour mais force est de constater que Robert Steuckers en qui j'avais placé ma confiance et ma conscience politique a participé à tout cela.
Et tout cela a contribué à mon propre manquement analytique de la menace qui naissait à l'est de l'Europe.
Et fort de ce déficit intellectuel, j'ai moi-même contribué à fourvoyer des militants patriotes dans les mêmes chemins de traverses poutinolâtres ...

Il est triste de voir que l'on a été trahi par ceux-là même à qui nous devons une partie de notre considération sur les choses du monde et que l'on a contribué soi-même à répandre la manipulation à notre tour ...

Il ne faut jamais oublier - ou il ne faudra plus jamais oublier - que notre principal ennemi, c'est celui qui s'attaque à nos libertés et à ce jeu, islamisme et néo-soviétisme sont sur un pied d'égalité.
Ceux qui nient cette réalité ne nous apportent rien et ils ne valent pas la peine que l'on persiste envers et contre toute raison à les suivre dans leurs errements.
S'ils ne sont pas capables de reconnaître leurs erreurs comme nous l'avons fait (mais il est vrai que nous étions moins compromis qu'eux et qu'ils sont eux-mêmes responsables en partie de notre fourvoiement), alors tant pis pour eux !
Comme le disait un éminent lorrain pas vraiment de notre bord politique mais néanmoins fin connaisseurs en diverses matières humaines :
" Qu'ils crèvent ! "

Écrit par : Lothaire | 04/10/2014

Bonsoir Lothaire,

J'ai une seule chose à dire concernant ce message fourni, argumenté, sincère et éclairant sur la mouvance patriote : Merci.

Écrit par : Erone | 04/10/2014

Oui, excellent commentaire de la part de Lothaire. Moi aussi, j'aimais bien lire R. Steuckers, même si j'avais remarqué depuis longtemps chez lui une vision par trop idéologique du monde politique (et ´géopolitique').

C'est triste à dire, mais, parmi les ´pontes' de la dissidence, très peu ont pu résister aux sirènes de Moscou. A mon avis, l'une des raisons principales en est tout simplement linguistique: peu de gens en Europe occidentale sont à même de lire et de comprendre le russe; en conséquence, il est très difficile pour les européens de l'Ouest de juger par eux-mêmes la situation politique et sociale de la Russie contemporaine et de bien comprendre la réalité du régime de Poutine. C'est pourquoi, tant d'européens de l'Ouest de la dissidence, par ailleurs fidèles à une vision romantique de la Russie (âme russe ...) datant du 19e siècle, tombent facilement dans les pièges de la propagande russe.

Écrit par : Horpor | 05/10/2014

Bonne question Horpor, comment peut on expliquer ce tropisme par rapport à un pays dont l'écrasante majorité de la dissi-danse est incapable de parler la langue et de lire les écrits?

A mon sens, il y a 2 grandes raisons:

- l'antiaméricanisme primaire, et le vieux réflexe du "l'ennemi de mon ennemi est mon ami" complètement débile, surtout quand on connaît les enchevêtrements et tour de passe-passe.

Rajoutez à cette idée hautement intellectuelle, une fascination pour le guébiste des milieux tradi/cathos/souverainistes tout aussi stupide où Vova passe pour le défenseur des valeurs traditionnelles, de la famille, de l'anti-mondialisme toussa toussa. On m'en dira tant quand on connaît les penchants du gars et de sa clique.

- l'avènement de RT est pour moi un tournant. Ne vous y trompez pas, RT est très écouté aux USA également. Avec RT, qui est plus un média d'agit-prop que d'information, la voix de la Russie est devenue plus audible et compréhensible. Peu importe qu'elle soit construite sur les standards des mainstream occidentaux, cette chaîne parle de tout sauf... de la Russie! Comme ça, on est sûr de dénoncer tous les penchants occidentaux, supposés ou justifiés, sans parler une seconde de la situation en Russie. Ce miroir déformant est pour moi l'une des causes principales.

Écrit par : tarkan | 05/10/2014

j'ai essayé deux fois de poster chez béru rouge après sa scandaleuse attaque contre la Pologne qu'il n'a pas osé assumer (et c'était ça que je critiquais), préférant lâchement se cacher derrière une citation de Talleyrand.

Les deux fois ne sont pas passées, bien évidemment. (alors que pour ma part, je publie 90% des insultes que je reçois sur mon moribond blog)

Écrit par : Colbert | 06/10/2014

C'est très bien vu, surtout la deuxième partie :

"comment ne pas voir qu’OB est la figure de l’entrepreneur libéral prêt à tout pour réussir" ?

Écrit par : Boreas | 10/10/2014

J'ai pas encore tout lu mais c'est corsé. La première partie était un peu brouillonne, mais, là, il lui taille un costard sur mesure! ;)

Écrit par : tarkan | 10/10/2014

M. Olivier Berruyer vient de "passer" sur son site les-crises plusieurs papiers d'inspiration plus que néo-libérale, en particulier un de M. Charles Gave créateur du think-tank néo-lib français le plus "dur". Je ne met pas de lien pour ne pas salir.

Donc soit il a retourné sa veste, soit il n'a plus le temps de s'occuper sérieusement de son site qui serait alors lui-même victime de désinformation et manipulation.

Ce qui est grave, c'est que des lecteurs cherchant une information plus équilibrée, faisant a priori confiance aux collaborateurs du site, sont maintenant manifestement trahis, trompés, manipulés.

Pour quelqu'un qui se prétend d'inspiration souverainiste voire anti-atlantiste, c'est un comble.

Écrit par : Patrice | 03/11/2014

Les commentaires sont fermés.