Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2014

Pourquoi ne pas sortir de l'euro

N.B. : je ne recommande pas la source (Les Non-Alignés). C'est Adinolfi qui m'intéresse, c'est tout.

19:38 Écrit par Boreas dans Crise, Economie, Géopolitique, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gabriele adinolfi, euro | | |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Je suis pas spécialement pour la sortie de l'Euro, mais là il dit des choses assez fausses, comme sur le prix des énergies. Sait-il que, par exemple pour l'essence, le prix élevée est principalement due a des taxes très élevé ? Une baisse de 10% des taxes permettrait de ne pas changer les prix de l'essences lors du passage de l'Euro au Franc. Et la différence pourrait être aisément combler par tout un tas de mesures comme la remigration, la baisse de l'insécurité ou le rétablissement de frontières nationales assorties d'un protectionnisme intelligent fixant le taux des taxes en fonction du produit qui rentre en France. Bref, l'Euro n'est pas vraiment la question, le plus important c'est le retour aux frontières nationales et le protectionnisme que MLP appelle "intelligent", et bien sur la remigration et la réindustrialisassion ( mais on sait très bien que l'UE est vérrouillé et qu'il faudra sortie de l'UE pour pouvoir s'en sortir, à moins que la révolution Ukrainienne devienne nationaliste et se propage au reste de l'Europe, au quel cas nous pourrions changer l'UE de l'intérieur.

Écrit par : alter38 | 16/08/2014

Comme tout le programme que vous suggérez ne serait de toute façon appliqué par aucun parti, je trouve qu'Adinolfi est simplement réaliste. :-)

Écrit par : Boreas | 16/08/2014

Je ne connaissais pas très bien Adinolfi. Je dois dire qu'aujourd'hui, c'est vraiment le penseur qui sort du lot. Que ce soit sur l'Ukraine, que ce soit sur l'euro, que ce soit sur l'UE, Adinolfi fait preuve d'une vision très originale et juste.

De Benoist, Faye, ou Le Gallou (dont les « Bobards d'or » sont désormais sponsorisés par E&R... Tout est dit) ont bien mal vieilli. C'est comme s'ils avaient n'avaient plus rien à dire, tant on a l'impression qu'ils ronronnent en coeur, alignant leur pensée sur la pensée dominante de la nouvelle élite incarnée par Chauprade et les dits « souverainistes ».

Adinolfi émerge nettement de ce marécage malsain, et voit les choses « du haut des cimes » en digne héritier de Julius Evola.
J'ai d'ailleurs trouvé un éditeur (Avatar éditions), qui publie notamment Adinolfi, et j'ai noté sur ce site une collection dirigée par Pascal Lassalle, qui semble récente et promise à un bel avenir, en tout cas qui se démarquera sans doute, d'après ce que j'ai lu de P Lassalle, des écrits des poutinolâtres de tous bords...

Bon, le site vend aussi des auteurs devenus inutiles comme De Benoist, ses « entretiens » avec son maître Douguine dont il est devenu le porte parole en France. Peut-être le « ménage » sera-t-il fait ultérieurement (ce qui serait une très bonne nouvelle).

Notons que du côté de certains « gros » sites ou éditeurs pro-Poutine (comme celui de M Slobodan Despot, un immigré vivant en Suisse), le ménage est déjà fait : soit on s'aligne sur la pensée chaupradienne, soit on est discret sur la question ukrainienne (Renaud Camus a choisi cette option), soit en est éjecté (je ne trouve plus de textes de Pascal Lassalle sur des gros sites comme Polémia ou Novopress).

Écrit par : Thomas R | 24/08/2014

@Thomas R.

Excellent commentaire!

Écrit par : Omen | 24/08/2014

Les commentaires sont fermés.