Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2014

Valse ukrainienne

25/02/2014

Rugissements

07/02/2014

C'est la guerre, Manu

A peu près ce que je ressens quand j'écoute Valls parler... Mon peu de finesse m'abandonne.

20/01/2014

Dédicace

Le dédicataire se reconnaîtra. Un indice : il est très loin d'ici, dans le dur, et on pense à lui.

23:36 Écrit par Boreas dans Crise, Musique, Psychologie | Lien permanent | Tags : al green, a change is gonna come |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

05/01/2014

Tradition contre modernité

21/12/2013

Solstice

Lire la suite

23/11/2013

Amour

13:02 Écrit par Boreas dans Musique, Psychologie | Lien permanent | Tags : garbage, #1 crush, amour |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |

20/11/2013

La musique du Paradis

16/10/2013

Rien n'a changé, M'sieur le député


Voici l'opus N°6 des soliloques d'Honoré "Les six mille francs aux frais de la princesse".
Ce sont les impressions chantées d'Honoré Constant, député de la Seine, après le vote de l'indemnité parlementaire.

Vrai, c'est chouettos d'être député
C'est pas un métier, c'est un rêve
On n'a pas besoin de comité
Nous on s' mettra jamais en grève
On s' paye des gueuletons épatants
De la rigolade et de la gonzesse
On fout rien, on voyage tout le temps
Aux frais de la princesse

On vote pour le gouvernement
On est de mèche, on est solidaire
On s'en fout un peu du roulement
Et du repos hebdomadaire
On s' fait rouler dans des sapins
Dans des autos, dans des express
Comme les ministes et les rupins
Aux frais de la princesse

Pourtant des fois, je m' dis : Mon vieux
Et tes électeurs t'y penses guère
Honoré sûr qui vaudrait mieux
T'occuper des retraites ouvrières
Mais on pense p'us au populo
Quand on s'envole à toute vitesse
Vers Nice ou vers Monté-Carlo
Aux frais de la princesse

J' vas à Trouville, j' vas à Etretat
J' vas à Vichy, j' vas à Plombières
J' vas partout comme un chef d'état
J' fais mon Monsieur Armand Fallières
J' vas où qu' tous les braiseux y vont
Et j' pagnotte avec la négresse
Chez la Mère Mirette à Clermont
Aux frais de la princesse

Oui ! Mais pour faire ce métier là
Il faut avoir de la galette
Faut s' payer des habits de gala
Et s'offrir du linge de toilette
Et puisque c'est nous les gérants
Pendant qu'on tient les clés de la caisse
On s'est augmenté de six mille francs
Aux frais de la princesse

(Paroles d'Aristide Bruant, datant de 1906 environ, chantées par Patachou en 1962)

02/10/2013

Tempête

19:41 Écrit par Boreas dans Musique | Lien permanent | Tags : blind alley, storm |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! |